Actualités

10 graphiques pour faire le bilan de la procédure de reconnaissance

graph

Cela fait maintenant un peu plus de huit heures que la procédure de reconnaissance s’est achevée, mettant fin par la même occasion à quatre jours de racolage intensif sur les murs de promo.

Comme chaque année, tous les responsables associatifs frappés par le syndrome « Jean-Marie Le Pen et les 500 signatures » se sont dits très inquiets à l’idée de ne pas pouvoir rassembler les fameuses 120 voix avant de finalement les obtenir sans problème. Au final, seuls CLAP, Fight Club SciencesPo, Noviny, le Prix Littéraire des Grandes Ecoles, la Revue APE et SciencesPoker ont manqué la reconnaissance. 

Si vous n’avez pas passé les quatre derniers jours à actualiser toutes les cinq minutes la page de progression des soutiens sur le site de la DVU et que vous aimez bien les « bar charts » de Road to the Ielts, cet article est fait pour vous.

.

1 – La force tranquille de l’UMP

L’UMP a été reconnue dès jeudi à 11h20 : c’est bien plus tôt que l’an passé, où le parti d’opposition avait du attendre 16h27 pour obtenir les précieuses 120 voix. Une guerre éclair remportée brillamment, permettant à l’UMP d’être la première association reconnue cette année, devant Politiqu’elles et Sciences Polémiques, et bien loin devant Ninos de Guatemala, qui avait terminé en tête en octobre 2013. A titre de comparaison, au moment où l’UMP franchissait la barre des 120 voix, le PS peinait à atteindre les 50.

.

2 – Un Parlement à SciencesPo, ça donnerait quoi ?

En prenant en compte le ratio du nombre de voix de chaque parti au moment où les compteurs se sont arrêtés –c’est à dire lorsque l’UMP a atteint 120 voix-, on obtient la représentation suivante des différentes forces politiques à SciencesPo.

Etant donné que l' »élection » est libre puisqu’aucun parti n’a atteint la limite des 120 voix au moment où on réalise cette photographie et qu’à priori, il y a très peu d’étudiants qui accordent leurs deux votes à deux formations politiques différentes (ex : cas d’un militant EELV qui aurait pu voter EELV et PS par exemple), cette répartition des voix présente un intérêt non négligeable pour estimer le poids des différentes sections politiques.

.

.

.

3 – Tous les partis chutent, sauf les écologistes 

Tous les partis politiques ont réuni moins de voix que l’an passé et qu’en 2012 au moment où les compteurs se sont arrêtés, à l’exception des Ecolos à SciencesPo, qui ont réuni deux voix de plus qu’en 2013. La chute la plus importante est celle du Mouvement Démocrate, qui a perdu 30 voix par rapport à octobre 2012, soit une chute de 57%. Le MJS est l’autre section politique qui s’effondre : avec 17 voix réunies, elle a perdu 58% de ses voix de l’an passé.

.

.

4 – Non, la gauche n’est pas en retrait à SciencesPo

L’UMP première association reconnue à SciencesPo, le MJS en chute libre, le PS reconnu péniblement : tous les constats que nous avons formulé jusqu’à présent laisseraient penser -à l’instar des statuts triomphalistes partagés sur Facebook par les militants de l’UMP- que la droite serait à la surprise générale majoritaire à SciencesPo. Or, ce n’est bien évidemment pas le cas.

Tout d’abord, l’UMP a la chance d’être la seule association à la droite de l’échiquier politique, ce qui lui permet d’être reconnue très rapidement, à l’inverse des sections de gauche extrêmement dispersées. Or, au moment où l’UMP venait d’atteindre les 120 voix jeudi matin, la somme des voix obtenues par toutes les sections des partis de gauche était d’environ 150. Soit plus que la droite au final …

De plus, le MJS, le PS et EELV avaient cette année un concurrent supplémentaire du fait de la création de Nouvelle Donne. Il n’est dès lors pas étonnant que leur nombre de voix en valeur absolue diminue, du fait d’un report vers Nouvelle Donne.

.

Ainsi, si on additionne les voix obtenues par toutes les sections de gauche, la somme est en fait quasiment stable par rapport à 2012 et 2013 : 46,1% cette année contre 46,2%. La dispersion des associations a donc un effet trompe l’oeil sur le score global de la gauche qui malgré les apparences, ne diminue pas.

L’UDI et le MoDem, eux, sont en net retrait en revanche : le nombre de voix qu’ils ont réuni au moment où les compteurs se sont arrêtés était en baisse de 30% par rapport à l’année passée, ce qui n’a pas empêché l’UDI d’être la troisième section politique reconnue. 

Le président de l’UMP SciencesPo Charles-Henri Alloncle peut donc bien affirmer sur son profil Facebook que la reconnaissance express de l’UMP est « une victoire historique pour la droite étudiante« , ce n’est pas pour autant que la gauche recule. Le centre en revanche, oui.

.

5 – L’UMP bat le record de l’heure

L’UMP, première association reconnue, faisait déjà largement la course en tête après une heure de scrutin. Près de 49 voix réunies jeudi à 9h, soit près d’une voix par minute : un démarrage éclair, bien devant Sciences Polémiques et Politiqu’elles qui avaient eux aussi très bien démarré la journée. A noter que les cinq associations reconnues en premier dès jeudi avaient toutes démarré sur les chapeaux de roue et faisaient déjà la course en tête jeudi matin au bout d’un heure.

 

6- Contre-Courant, les rois du dimanche soir

Contre Courant, l’association d’économie critique anti-libérale d’Oscar Bockel, Mark Corcoral et Alexandre Schoch (retrouvez notre guide)  a été reconnu au terme d’un dimanche soir incroyable, qui l’a vu doublé son nombre de voix entre 17h et minuit.

Alors que le mouvement stagnait à 63 voix aux alentours de 17h, qu’il n’avait progressé que de 15 voix depuis le dimanche matin, il a effectué une remontada à couper le souffle pour obtenir la reconnaissance quelques minutes avant minuit. 

.

7 – PSG SciencesPo, champion de France des petits nouveaux

Le PSG SciencesPo a promis de zlataner Boutmy : il a déjà réussi à zlataner les nouvelles associations, en terminant première nouvelle association reconnue, devant Meydane qui a logiquement obtenu sa reconnaissance dès vendredi matin.

Un week end parfait pour les parisiens trois jours après la victoire face au Barça, à l’inverse de CLAP et Fight Club, les deux nouvelles associations non reconnues, qui comme le montre ce graphique, fermaient déjà le peloton lors de la première journée de la reconnaissance.  

Le seul couac de ce week end parfait pour le PSG SciencesPo est à trouver du côté des Triplétades au cours desquelles les nouveaux responsables associatifs reconnus ont offert un maillot du PSG à un 1A … marseillais.

 

.

8 – Europhiles : un billard à trois bandes

Prime à l’ancienneté pour les Jeunes Européens qui ont été la première association pro-européenne à être reconnue, devant le Parlement Européen des Jeunes et Europeans Now. Ces derniers avaient toutefois bien démarré et figuraient au bout d’une heure dans le top 10 des associations avec le plus grand nombre de voix.

.

9- SciencesPolémiques devant Révolte toi

.

10 – La Péniche, média n°1 au finish devant Germaine

Les trois médias de SciencesPo ont évidemment été reconnu sans difficultés majeures. Petite fierté corporatiste puisque c’est La Péniche qui a fini en tête, au terme d’un finish très serré vendredi en fin d’après-midi avec Germaine.

Categories: Actualités, Vie du campus

  • Avis éclairé

    Un article bien fait, qui donne une image intéressante d’une procédure de reconnaissance pas toujours facile à déchiffrer.
    En revanche, pour ce qui est du graph n°6 sur « Contre-courant, le roi du dimanche soir », la présentation des données porte à confusion. En effet, le lecteur a l’impression que Contre-courant a obtenu tellement de voies en fin de journée qu’il a dépassé les autres associations présentées, arrivant aux 120 voix avant elles. Or, souvent ces associations ont stagné à leur score de 30 à 40 voix juste après 17h tout simplement parce qu’elles n’avaient pas besoin de plus pour être reconnues! Une comparaison qui ne repose donc pas sur les mêmes bases que l’analyse sur les partis politiques. Si l’on avait arrêté les résultats lorsque Terra Nova avait été reconnue par exemple (s’il s’agit bien de la première association présentée reconnue), on aurait eu une meilleure vision de la dynamique du dernier jour.

  • Hugues Seguinet

    LA BITE

  • Michel

    Bravo

    J’aime les chiffres et les dessins

    Michel Michel,

    la bise

  • Thomas Sittler

    Excellent article, j’adore. Comment avez vous fait pour collecter et traiter les données ?

    • Alex Baptiste Joubert

      Veille sur le site de la DVU pour 2014 ! Pour les données 2013 et 2012, merci à Jean-Baptiste Millet de l’UDI SciencesPo qui m’a transmis les chiffres.