A la une

5 choses à savoir sur… Frédérique Vidal – Le Grand O

Ce mardi 02 octobre 2018 à 19h15, Frédérique Vidal, est l’invitée du premier Grand Oral de l’année, organisé par Sciences Po TV, La Péniche et Sciences Polémiques. Retour en quelques points sur la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. 1 – Un parcours universitaire

Frédérique Vidal, avant d’exercer les fonctions de ministre, est biochimiste de profession. Après un échec en première année de médecine, elle réussit le concours d’infirmière mais décide de se réorienter en biochimie, dont elle est titulaire d’une maîtrise et d’un DEA. Elle débute sa vie professionnelle dans le privé, mais occupe plus tard les fonctions de professeure à l’université. En 2013, elle est nommée Chevalier de la Légion d’honneur par François Hollande. Depuis 2012 et jusqu’à sa nomination au gouvernement, elle est présidente de l’université Nice-Sophia-Antipolis, où elle a précédemment étudié.

2 – Récemment au ministère

Depuis le 17 mai 2017, Frédérique Vidal est entrée en fonction au gouvernement d’Edouard Philippe, sous la présidence d’Emmanuel Macron, en tant que Ministre de l’Enseignement supérieur. Son rôle ? Préparer et mettre en œuvre la politique du Gouvernement concernant l’accès de chacun et chacune au savoir, ainsi que le développement de l’enseignement supérieur. En octobre dernier, elle a porté le projet de loi controversé « Orientation et réussite des étudiants » (ORE) et la nouvelle plateforme Parcoursup, qui permet aux lycéens de choisir leur orientation dans l’enseignement supérieur, (un système que les nouveaux 1A connaissent bien !). Mais en quoi consiste la loi ORE dans les grandes lignes ?

3 – La loi ORE : objectifs et mise en place

En 2017, plusieurs constats ont pu être formulés à propos de l’enseignement supérieur français. Tout d’abord, les lycéens se tournent de plus en plus vers des formations privées, parfois très onéreuses. La raison ? Le manque de places dans certaines filières en tension, comme le droit, où le taux de réussite en L1 est de seulement 40%. Pour y remédier, Frédérique Vidal porte le projet de loi « Orientation et réussite des étudiants » (ORE), afin de concrétiser le Plan Étudiants présenté le 30 octobre 2017.  Cette nouvelle loi a pour objectif affiché de mettre fin au tirage au sort pour l’accès à l’enseignement supérieur, de réduire le taux d’échec en licence, et d’améliorer les conditions de vie des étudiants. 950 millions d’euros sont dédiés à cette réforme entre 2018 et 2022 afin d’ouvrir des places, de créer des postes dans les filières en tension et de moderniser les licences.

4 – La réforme en débat

L’opposition à la réforme finit cependant par mener au blocage de plusieurs universités par des étudiants, comme l’université Toulouse-Jean-Jaurès, le centre Pierre-Mendès-France ou l’université Paris-VIII. En effet, il est reproché à la nouvelle loi d’accentuer les processus de sélection à l’université, en mettant en concurrence les dossiers des élèves sur Parcoursup, notamment au niveau des « attendus » requis pour chaque filière. Cet été, entre le 26 mai et la mi-septembre, plusieurs milliers de candidats ont dû attendre plusieurs mois de recevoir une affectation. Tous voyaient leurs vœux maintenus en attente, en attente de désistements de la part des plus chanceux, ce qui a constitué pour eux une inquiétude ajoutée à celle des épreuves du baccalauréat de juin. Une mise en place perfectible donc, que la Ministre de l’Enseignement Supérieur pourra évoquer.

5 – Frédérique Vidal sera donc ce soir mardi 2 octobre à 19h15 à Sciences Po en amphithéâtre Boutmy, pour une conférence à ne pas manquer, et au cours de laquelle vous pourrez vous-même lui poser vos questions !

Océane Lang