A la une

Une boîte à idées pleine de sens

Le 3 avril dernier, Frédéric Mion présentait aux étudiants les deux nouveaux nés du Campus 2022 : d’une part, un blog étayant les développements de l’Artillerie et de l’ensemble du campus parisien, de l’autre, une boîte à idées censée mobiliser notre créativité et « capacité à penser hors des sentiers battus » selon le Directeur de l’école. Boîte de Pandore 2.0 ou formidable progrès dans l’optique d’un campus plus participatif ? La Péniche s’est penchée, pour vous, sur cette boîte déjà pleine de promesses.

Une idée révolutionnaire ?

A priori, le concept n’est pas novateur. Sciences Po aime les idées ; créer, faire bouillonner les cellules grises et vous faire brainstormer dans des carrels surchauffés (par vos lumière, pensez-vous). L’école aime aussi les boîtes, en plastique ou issues de l’incubateur, Sciences Po adore quand les choses sont à leur place – ou remettre les gens à la leur: deux parties, deux sous-parties, classement rigoureux des étudiants, des professeurs et des universités, chacun dans son IEP et l’amphore sera bien gardée. De ces deux passions, celle de la pensée « originale » et de la perpétuation du système, naquirent l’objet ô combien vide de la « boîte à idées ».

Elles trônent en bibliothèque, parfois dans le hall ou en péniche ; sans que quiconque leur prête attention. Un pauvre post-it esseulé les habille parfois, emplissant leur creux d’une idée à laquelle personne ne donnera vie.

Néanmoins, où s’en vont les idées griffonnées, et seules que vous n’écrivez pas ? Dans quel abysse finissent nos illuminations ? Le temps est venu de faire vivre les petites ambitions qui aspirent à devenir de grandes solutions.

Une nouvelle boîte pour des idées neuves

La boîte à idées 2.0 est avant tout une évolution. Dématérialisée, elle dépasse les frontières et fait germer des idées où que vous soyez. Plus important encore, son accessibilité. Internet révolutionne en effet l’accès et la diffusion des idées et fait du campus 2022 une véritable plateforme collaborative, via une interface colorée et intuitive. Hélène Kloeckner, responsable de la communication interne de Sciences Po, l’affirme : l’intérêt est que « tout le monde puisse participer » puisque la direction « a absolument besoin des retours de tous les publics ». La profusion d’idées et, par conséquent, les avancées envisageables, ne peuvent naître qu’à travers une mobilisation la plus large possible. Ainsi, chaque étudiant, exchange ou non, professeur ou salarié est invité à collaborer.

 

Comment influencer concrètement le projet de Campus 2022 ?

Si la boîte à idées révolutionne le genre, elle ne balayera pas les grandes lignes du Campus 2022. Dans une optique de cohérence avec les travaux menés précédemment, « le comité de pilotage a déjà un cadrage, les ambitions programmatiques, préalable indispensable à tout projet immobiler d’envergure, qui permet notamment de s’assurer que toutes les activités pourront être hébergées dans les lieux », souligne Hélène Kloeckner. Vos idées viendront donc en complément des travaux de quatre groupes-projets rassemblant étudiants, chercheurs, enseignants et salariés, sur les thématiques du « campus urbain », du « numérique et de l’innovation », sur le « parcours utilisateurs » ou encore sur « l’expérience étudiante ». A vous d’enrichir leurs réflexions et perspectives d’avenir en soumettant vos idées, qui aideront les concepteurs à « savoir comment se projettent les gens dans ce nouveau Campus, quels sont leurs besoins ». Le mot d’ordre ? « Allez-y, lâchez-vous vraiment ! » s’exclame Hélène Kloeckner, avant de renchérir : «on a envie d’avoir des idées folles ». L’intérêt est réel pour la direction, qui « se laisse la possibilité de sélectionner toutes les idées pertinentes ».  Si la création de jardins potagers communautaires, des impressions via le Cloud, un espace sieste ou le développement d’une salle de marché vous intéressent, vous pouvez liker les idées soumises (plus de 80 aujourd’hui), ce qui permettra de mesurer leur intérêt collectif.

 

La boîte à idées n’est donc, modestement, qu’un simple recueil qui n’a pour seule originalité sa (jolie) dimension numérique. Rien de neuf sous le soleil dans son existence, mais ce n’est qu’en étant remplie qu’elle prendra toute son importance : vous êtes maître de son succès et de celui du projet Campus 2022. Laissez libre cours à vos inspirations actuelles et, qui sait, peut-être changeront-elles le quotidien de demain. Une chose est sûre : si la boîte fonctionne, elle sera amenée à être « réutilisée pour tout autre projet, puisqu’elle a été conçue pour être pérenne ». Alors, à vos idées !

 

La Péniche remercie Hélène Kloeckner pour le temps accordé à nos questions.