Le Mag’

Quand un film mérite ses louanges : Entre les murs

images2.jpgIl est toujours délicat d’aborder un film sur lequel tout le monde s’est déjà penché, que chaque critique a encensé, qu’un jury a récompensé. Délicat parce que l’envie de se démarquer du reste des opinions pourrait pousser à raconter des idioties, à mitrailler un film sans vrai motif, délicat aussi parce qu’on en vient à se demander pourquoi aborder le sujet si tout le monde l’a déjà traité. La première réponse serait d’avouer qu’il y a un plaisir à faire partager une œuvre nécessaire et formidable.

Céline, Voyage au bout de la nuit

Cela a débuté comme ça ». Début d’introduction. « Voilà », fin d’introduction. Le tout en six lignes. Bienvenue dans l’univers littéraire de Louis Ferdinand Céline. L’in media res, il faudra vous y faire pour lire Voyage au bout de la nuit. C’est l’un de ces livres qui sont si bons que, arrivé à la moitié, vous ne pourrez tourner les pages restantes sans la peur d’arriver trop rapidement à la fin. Impression terrible attestant de la qualité d’un livre et du génie de son auteur.