A la une

Conseils de lecture pour élève en détresse

Toi, membre de la communauté estudiantine, qui te retrouves en ce moment même submergé.e de devoirs à rendre, d’examens à tenter de réviser et autres échéances réjouissantes à l’extrême, tu as peut-être renoncé, à l’instar de tant d’autres, au plaisir immense qu’est la lecture. Pourquoi cela ? Par manque de temps, d’organisation, de motivation, par fatigue extrême, par rébellion hasardeuse contre l’autorité ? Peu importe, mais le fait est là, incontestable : tu ne lis plus. Ou plus autant que tu ne le voudrais. Ou uniquement des lectures liées à tes cours. Mais il n’y a pas de fatalité.  On me dira sans doute que je suis bien gentille, à vouloir vous pousser à vous détourner de vos révisions pour aller lire. Mais d’une part, il y a un temps pour tout, et d’autre part : lire, c’est bien.

Oui, je sais, cet article commence de façon édifiante.

Et pourtant, c’est une vérité que nous nous devons de rappeler, à l’heure du débordement d’informations, du bouillonnement culturel qui a vite fait de virer aux amalgames et à la bouillie intellectuelle. Notre meilleure arme contre les débats stériles et les raccourcis dangereux, ce sont ces petits rectangles de papier, en apparence inoffensifs, qui renferment tous en leur sein d’incroyables richesses. Tous, sauf Fifty Shades of Grey, cela va de soi. 

Voici donc dix conseils pour vous, aspirants lecteurs invétérés :

1 – Il n’y a pas de compétition, pas d’enjeu. 

Personne ne vous méprisera en raison du peu de livres ou autres œuvres culturelles que vous découvrez – et si on vous méprise effectivement, changez d’ami.e.s. La lecture vous profitera, à vous et vous seul. C’est un bonus, un cadeau que vous vous faites à vous-même. De là découle le deuxième conseil :

2 – Ne vous forcez jamais à lire. 

C’est le meilleur moyen de vous en dégoûter à jamais. La lecture doit rester un plaisir, une stimulation spontanée. C’est bien simple : vos pires souvenirs de lecture sont probablement les romans qui vous ont été imposés à l’école ! La contrainte va rarement avec le plaisir. Si vous voulez tenter des défis littéraires comme « lire trois classiques », « lire trois romans par mois », pourquoi pas, mais faites-le de façon souple et ludique. Si vous vous remettez à la lecture avec un énorme pavé indigeste, le tout en vous mettant la pression pour le terminer en une semaine, je peux vous assurer que vous courez droit à l’échec. ( ou alors, vous êtes un mutant et je veux bien votre secret )

3 – Lisez de tout, et selon vos envies. 

Encore une fois, je me répète, mais l’éclectisme littéraire est clé. Mélangez les genres, alternez classiques, bandes-dessinées et science-fiction, le plaisir avant tout. La pression ne fera que vous paralyser, et si jamais on ose me dire qu’il y a des livres « qui ne servent à rien », je ne garantis pas de garder mon calme. A vous de découvrir ce qui vous enrichit le plus, de faire des expériences… Il y a de nombreux moyens de lire un peu de tout, notamment les bibliothèques qui sont des mines d’or pour qui n’est pas encore sûr de ses goûts. Si, dans le pire des cas, vous culpabilisez vraiment trop de « perdre du temps de révision en lisant », pourquoi ne pas choisir des lectures en lien plus ou moins direct avec tel ou tel cours d’histoire ou de socio ?

4 – Ayez toujours un livre sur vous. 

Cela peut paraître idiot, mais le meilleur moyen de lire est de profiter de toutes les petites occasions que votre quotidien vous offre de lire une petite dizaine, vingtaine de pages. Un trajet de métro. Une file d’attente interminable à la Poste. Un séjour prolongé en salle d’attente. Une pause déjeuner que l’on ne s’attendait pas à passer seul.e. Ces « temps morts » paisibles fourmillent dans votre vie, et constituent un moment idéal pour lire : ce serait trop dommage de passer à côté en passant plutôt des heures à taguer vos amis sur des memes Facebook.

Nota Bene : Je respecte beaucoup les memes, qui sont une contribution massive à l’échange humain. Mais il faut à un moment ou à un autre admettre qu’ils sont aussi un fléau pour qui veut être un minimum productif ou productive.

5 – Créez des rituels. 

C’est un fait, tout le monde se targue d’aimer l’aventure, mais en réalité, vous et moi savons parfaitement qu’il n’y a rien de meilleur que de se retrouver seul avec soi-même et ses petites habitudes réconfortantes. Que ce soit une demi-heure de lecture avant de se lever le matin, ou le soir, ou en cours particulièrement ennuyeux, avec un thé, un chocolat, un chat – à caresser, hein. Pas à manger. Jamais. Créez-vous un cadre idéal pour lire, un instant privilégié de la journée que vous guetterez avec impatience.

6 – Échangez ! 

La lecture est certes une activité solitaire, mais s’il y a bien une façon de la rendre vivante et profondément enrichissante, c’est en débattant, partageant, conseillant. Le cliché de l’intellectuel solitaire et sans amis enfermé dans sa tour d’ivoire pour y lire de vieux volumes poussiéreux est désespérément faux. Il suffit de voir toutes les discussions passionnées qui peuvent naître entre amoureux des livres… qui sont plus nombreux qu’on ne le croit !

7 – Trouvez-vous un.e ami.e qui lit beaucoup 

Et parlez-lui de votre toute nouvelle démarche de lecture-plaisir-bonheur : vous verrez normalement des larmes de bonheur briller dans les yeux du bibliophile, qui s’empressera de vous donner des conseils de lecture qui vous correspondront d’autant plus que cet ami vous connaît. ( il se murmure qu’on repère les bibliophiles à leur myopie avancée )

8 – Écoutez-vous ! 

Commencez un livre, sautez un chapitre si vous voulez, relisez-en deux, reposez-le, prenez-en un autre, amusez-vous, écoutez-vous. Jouez avec les mots, les univers, les thématiques. Savourez chaque ligne ou lisez en diagonale si tel est votre souhait, apprenez la sensation géniale que procure le fait de mettre en relation tel et tel livre, de tisser des liens entre vos découvertes… de voir émerger vos passions et vos goûts sublimés par vos lectures.

9 – Acceptez la panne de lecture

Si d’aventure celle-ci survient, reposez le livre, ne vous forcez à rien. Faites autre chose en attendant que l’envie revienne. Relisez Harry Potter, n’importe quoi qui vous procure un enthousiasme sincère. Allez voguer dans une grande librairie pleine de tentations, c’est souvent un excellent moyen de réveiller le grand lecteur qui sommeille en chacun de nous !

10 – Demandez-vous pourquoi vous voulez lire. 

Bonne nouvelle, tant que ces raisons sont sincères, et que ce n’est pas par pure pression, il n’y en a pas de mauvaises ! Est-ce par curiosité intellectuelle ? Par volonté de se distraire, d’échapper au quotidien ? Par défi personnel ? Par envie d’enrichir son vocabulaire ou d’améliorer son orthographe, pour découvrir de nouveaux styles d’écriture ? Parce que vous aimez l’objet-livre ?

Quelle qu’en soit la raison, peu importe, foncez. Et sur ce : bonne(s) lecture(s) !

En manque d’inspiration littéraire ? Ça tombe bien, le blog de notre rédactrice saura vous aiguiller sur le chemin épineux de la lecture : http://mademoisellebouquine.blogspot.fr/