A la une

CRIT J-4 : le CRIT en chiffres

Le CRITérium est à Sciences Po, ce que les moins connus mais tout aussi charmants Jeux-Olympiques sont au reste du monde. Véritable compétition sportive pour sacrer le plus olympien des IEP, ou Sciences Po, c’est un tournoi des Quatre Sorciers sans sorcier … mais toujours avec un vainqueur.

Afin de mieux se préparer en vue de la 32e édition, et de se donner une raison pour repasser son maillot, recoudre ses gants de boxe, ou changer les lacets de ses baskets, La Péniche vous propose un avant-goût de l’événement, au travers de quelques chiffres évocateurs.

Le CRIT, c’est donc…

  • 4165 kilomètres cumulés jusqu’à la capitale sont à parcourir, soit 462 km par IEP pour rejoindre la ville-lumière.
  • 43 autocars pour transporter l’ensemble des sportifs et supporters de chaque délégation seront mis à disposition.
  • 10 IEPs se chamailleront 3 jours durant. Lyon, Strasbourg, Rennes, Lille, Aix, Toulouse, Saint-Germain, Grenoble, Bordeaux, et bien évidemment Paris, ville hôte de l’édition 2019, se retrouveront sur le stade pour en découdre du 29 au 31 mars prochain.
  • 2500 participants viendront cette année donner un regain d’énergie à Sciences Po en ce mi-semestre, histoire de réchauffer les cœurs et ré-acclimater les foies avant l’arrivée du Printemps.
  • 3800 lits seront à disposition des participants, pour 2 nuits, répartis dans 16 hôtels. Quelle délégation sera celle qui remportera le prix de l’ambiance, faisant fi du repos, et fréquentant la piste de danse plus que ses chambres ?
  • 15000 repas, dont 7000 chauds seront distribués par les 300 bénévoles de Sciences Po. Une logistique monstre, qui s’organise en outre depuis plusieurs mois, se déploiera durant les 3 jours pour que sportifs et supporters profitent de ce CRIT, qui sera le leur.
  • 14 sports officiels seront pratiqués : les matchs, tournois, et compétitions de football, volleyball, handball, basketball, rugby, tennis, badminton, cross, natation, danse, athlétisme, cheerleading, et pétanque et judo, permettront aux sportifs de chaque IEP de briller pour leur école, par les 150 000 000 litres de larmes qui seront versées, ou leur victoire.
  • 3000 litres d’eau, et 5700 briques de jus d’orange permettront d’hydrater nos sportifs, qui feront s’écouler pas moins de 12 500 litres de sueur sur la pelouse, le sable ou le tartan des terrains.
  • 6 sites d’infrastructures sur 3 départements différents seront le théâtre des plus violents affrontements. Le CDFAS d’Eaubonne sera le principal site sur lequel les criteuses et les criteux se retrouveront.
  • Pas moins de 32000 sourires sont attendus, et c’est sans compter le nombre de cris et chants martiaux que sportifs et supporters pousseront pour tenter d’impressionner les autres IEP, ces frères ennemis.
  • 1,80 m, c’est la taille de la cuillère en bois, cet artefact qui récompense la délégation qui n’aura pas su enchaîner les victoires et s’élever sur les podiums.
  • 2 boucliers font également parti de l’inventaire des trophées : le bouclier de Clitus récompense l’équipe de rugby féminin qui remporte le tournoi, et le bouclier de Brannus félicite l’équipe de rugby masculin qui rafle la coupe face aux autres équipes.
  • 1 amphore. 1 victoire, 1 délégation au sommet du classement général, 1 raison de participer au CRIT pour Paris, et une fois de plus, de le remporter.

Etienne de Metz