Vie du campus

Decouflé, chapeau !

« Il y a les ombres premiers ou décimaux. Il y a les ombres chinoises, les ombres sombres, les ombres lumineuses. Les ombres portées, les ombres îles du monde. Les ombres d’un doute… »
Christophe Salengro d’après Claude Ponti Philippe Decouflé nous sort de son chapeau une nouvelle œuvre, actuellement au théâtre de Chaillot : Sombrero. Un spectacle qui mêle danse, musique électronique, théâtre, vidéo, et qui nous enchante.

Cela commence quand deux acteurs descendent les marches de la salle vers la scène, habillés en Mexicains (style plus Zapata que Vincente Fox), accompagnés de leur ombre, noire. Car toute la pièce tourne autour de ces ombres, de leur signification, de leur portée, de leur importance. Sur la droite de la scène, un piano et surtout la station de musique électronique. Car tout se mélange dans le spectacle : les acteurs nous parlent, mais ils dansent aussi ; les danseurs dansent, mais ils vont parfois jouer du piano ou dire une partie de texte.

L’ensemble est magique, poétique, et drôle. Drôle grâce à l’inventivité de Philippe Decouflé, qui crée sans cesse de nouveaux effets visuels, en jouant sur l’ombre des danseurs, combinées à des ombres chinoises et en s’aidant de caméras qui filment ces danseurs et diffusent leur image sur des écrans divers. Drôle aussi grâce au texte de Claude Ponti, parfaitement servi par des acteurs excellents dans leurs rôles. Il faut dire que parmi ces acteurs l’on trouve Christophe Salengro, plus connu comme Président du Groland, et qui trouve parfaitement sa place dans un univers où on ne le connaissait pas.

Cette magie est rendue possible par un jeu d’acteurs sans faille mais surtout à des danseurs d’une précision chirurgicale, indispensable. Cette danse, fondamentalement contemporaine, est très bien exécutée, souvent émouvante, parfois occultée par les nombreux autres éléments du spectacle, mais en tout cas exceptionnellement inventive.

Sombrero, comme on nous l’indique au début du spectacle, nous invite à changer d’univers, à partir dans un autre monde, où les ombres sont souveraines, nous jouent des tours, nous évitent, nous surprennent. Ces ombres sont tantôt noires, tantôt blanches. Tantôt représentées humainement, tantôt réelles. Tantôt fixes, tantôt mouvantes et déformées. Nos sens en sont perturbés, car Philippe Decouflé mélange ces formes, en créant ainsi une esthétique superbe, qui nous plonge dans un autre monde.

Le décor de ce spectacle est divin, mélangeant plateaux inclinés, écrans blancs, tapis noirs, tapis blancs, lumières bleues images. Ce décor, qui change régulièrement, est ici un personnage à part entière. Car pour que ces ombres existent, elles ont besoin d’un matériau qui nous permette de les voir. Il prend une nouvelle dimension lorsque la vidéo entre en scène, que ce soit pour diffuser des extraits de L’Aurore, le chef d’œuvre de Murnau, pour créer des effets visuels hypnotiques ou pour montrer sous un autre angle ce qui se passe sur scène, en créant par là même de nouveaux personnages, intrigants et bouleversants.

Il faut également saluer les musiciens. L’électronique, accompagnée d’un piano très bien exécuté, colle parfaitement avec le reste du spectacle, en permettant une variété de sons qui ouvre à Decouflé un éventail de possibilités gigantesques dans sa chorégraphie et sa mise en scène.

A noter que ce spectacle sera suivi, du 22 au 30 juin, au même endroit, d’un autre spectacle de Philippe Decouflé, Solo, où celui-ci est seul sur scène.

Sombrero, de Philippe Decouflé Théâtre Chaillot, Salle Jean Vilar Du 16 mai au 30 juin, 20h30, dimanche 15h, relâche lundi et les 27 et 29 mai 1h30 sans entracte Avec : Philippe Decouflé, Clémence Gaillard, Sébastien Libolt, Alexandra Naudet, Aurélia Petit (en alternance avec Manon Andersen), Christophe Salengro, Olivier Simola, Christophe Waksmann, et les musiciens Bertrand Belin, Olivier Daviaud, Cyrille Lehn.

Categories: Vie du campus

Tagged as:

  • jo

    Très bon spectacle, qui chaque seconde nous fait vivre des étranges et impressionnants moments.

  • noYelle_labeY

    Je ne l’ai pas vu chez vous, mais, pour l’avoir vu tout de même, je peux dire que c’est un spectacle très original, qui est amusant, vivant, nouveau et qui étonne agréablement à chaque instant ! : D