A la une

Petit guide de survie en soirée à Sciences Po

Ce soir a lieu la soirée étudiante la plus attendue de l’année : la Cash & Trash. L’occasion, pour nous, de revenir sur ce qui constitue réellement les soirées sciencespistes.

Celle que tout le monde attend

Vingt-deux minutes. C’est le temps qu’il a fallu lundi matin à l’Association Sportive pour écouler les 700 préventes de la soirée. On ne vous la présente plus : vous connaissiez peut-être déjà la soirée de réputation quand vous étiez aspirant sciencepiste. Une partie du voile s’est levée au premier semestre. Et depuis que la soirée a été reportée, vous avez eu le temps de dresser un tableau Excel à double entrée avec vos différentes stratégies pour maximiser vos chances de conclure ce soir – et plus si affinités.

Dérogeant à la traditionnelle convention du jeudi soir, cette soirée reste révélatrice de bien des traits communs aux soirées sciencespistes.

On ne vous parle pas des afterworks à répétition – dont la promotion inonde les pages de promo. Ces apéros qui, malgré l’enthousiasme apparent sur l’événement Facebook, ne finissent que par regrouper les membres de l’association. Nous, nous vous parlons ici des « vraies soirées » qui rythment nos deux semestres à Sciences Po.

 

Une rivalité sous haute tension

C’est, tout d’abord, l’éternelle rivalité entre le BDE et l’AS qui resurgit. Les deux maîtres de la communication à slogans tapageurs ont chacun leur botte secrète. Le BDE détient l’avantage de l’expérience et des bons plans. Et l’AS, et bien… celui de la Cash & Trash (et pas que, certes).

Bien sûr, à chaque soirée, In Vino Veritas a de quoi pâlir. Le contenu des verres est loin du millésime. Entre vodka-orange et vodka-pomme, le dilemme est draconien. Quant aux prix, ils sont tout à fait à la hauteur compte tenu du volume des shots, qu’on avale à reculons (*).

Niveau son, on a toujours le droit à un line up détaillé, plus ou moins huppé. Le jour-j pourtant s’enchaînent des titres que seuls de rares élus reconnaissent et apprécient. L’originalité c’est bien, la répétition…un peu moins.

Cela dit, on reste loin d’une soirée 100% Black Eyed Peas où le titre phare I gotta feeling chanté à outrance par son voisin bourdonne dans les oreilles des jours après.

Tu te reconnais quand…

Indéniablement, le moment le plus magique reste le trajet pour se rendre à la soirée. L’ambiance dans la rame de métro bondée est survoltée. Les langues se délient entre connaissances plus ou moins proches. Sans aucun scrupule, s’enchaînent cris de guerre, slogans et autres chants du Crit, plus ou moins bienveillants sur les IEP de Province (après tout, on a tous besoin d’un plus petit que soi).

Une fois arrivés tous ensemble sur place, il y a deux catégories : ceux qui se ruent sur le bar, et ceux qui se ruent sur la piste. En tout cas, aucun n’est épargné par le chasseur de prime de la soirée : le photographe. Il a le don d’immortaliser les moments que tu aurais volontiers oubliés : cette chute après une danse trop effrénée, ce rire en slow motion, et autres conquêtes d’un soir… Souvent le flash était allumé. Il n’y a pas de quoi être fier. Surtout que l’album photo est sur Facebook.

Il y a ceux qui sortent rarement et qui passent la soirée de leur vie. Il y a les plus fatigués, ceux qui ne verront pas minuit. Les plus discrets, qui pourtant se désinhibent tout à fait. Puis les beaux parleurs, vantards, difficiles à arrêter, pourtant bien loin de certaines soirées d’écoles de commerce. Et enfin il y a ceux qui ne sont jamais sortis et qui… et bien, ne sortent toujours pas. Bref, il faut de tout pour faire un monde.

Un dessin d’Albane Miressou-Got

Sciencepiste un jour, sciencepiste toujours

Mais au fond ces soirées font ressortir le meilleur de chacun de nous, ce qui constitue l’identité sciencepiste, ce qui fait qu’on nous reconnaît tout de suite. C’est quand, l’esprit embué et échauffé par l’hydromel, vous entamez un débat avec le premier venu sur la campagne électorale de Donald Trump, ou penser détenir la solution du conflit israélo-palestinien.

Alors, voilà, maintenant que l’on a décortiqué le fonctionnement des soirées, vous pouvez aller à la Cash & Trash l’esprit tranquille. Et nous espérons de tout cœur que notre rose vous portera au bout de vos rêves.

(*) L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.