A la une

In3yable 3A, épisode 3 – Tempête, crazy roommate et enquête de police à Miami

Une sciencepiste, ses parents, ses deux chats, tous les cinq paniqués dans un taxi jaune fuyant la tempête Irma.

Voilà une 3A qui commence sous les meilleurs auspices.

Joslie, originaire de la Guadeloupe et étudiante au collège universitaire de Sciences Po Paris, s’attend à un accueil un peu plus ensoleillé quand elle apprend qu’elle part dans l’une des villes les plus “bling bling” des States, Miami. Pourtant en plein mois de septembre dernier, c’est le déluge en Floride. Joslie et sa famille prennent alors le premier train pour Orlando et décident de se rendre en taxi à Jacksonville, ville située à 3 heures au nord. Dans leur course contre Irma, ils prennent l’avion et vont à New-York s’accorder quelques jours de repos à l’abri des orages. Première visite de Times Square pour Joslie et ses chats. Après trois semaines, les écoles rouvrent et la vie reprend son cours. La 3A peut -enfin – commencer.

Miami était son premier choix : notre sciencepiste voulait découvrir les États-Unis tout en ayant la possibilité de rencontrer ceux qui avaient fait élire Trump, et donc de comprendre par elle-même le phénomène tout en défaisant tous ses préjugés sur ce pays. De plus, cette année à l’étranger représentait avant tout pour l’étudiante une manière de s’émanciper, de prendre son indépendance. “Pour la première fois, je me suis retrouvée loin de ma famille”.

Ambassadrice of France

À l’université de Miami, Joslie suit des cours de relations publiques, de marketing, commence le portugais et entame en parallèle un stage à l’ambassade française de Miami. Sans être sa première expérience professionnelle, ce stage à l’ambassade la soumet à beaucoup de pressions et de défis. “Je reçois un appel de ma supérieure un soir à 2h du matin me demandant de rédiger un pavé pour le lendemain. Je n’étais même pas rémunérée.” Outre ses heures de sommeil en moins, c’est son anglais qui en pâtit. Entre la forte influence de la communauté hispanique et ses nombreuses heures passées à l’ambassade, le niveau d’anglais de Joslie est resté au statu quo, rivalisant avec celui de François Hollande.

Freaking roommate

Il faut le dire, la 3A de Joslie n’est pas sans connaître des rebondissements. Son année universitaire se déroule très bien, sauf sur un point : son logement. Comme de nombreux étudiants en échange pour une période d’un an, elle opte pour la chambre universitaire. Le campus universitaire est à l’image des films américains, il est immense et très animé. Mais c’est surtout dans la chambre de Joslie que l’ambiance est au rendez-vous. Après un premier semestre de vie en colocation, elle comprend que sa colocataire a… un petit grain de folie. Elle dort une fois sur trois sur le campus et, les rares fois où elle y reste, se transforme en véritable cauchemar, rendant la vie dure à Joslie. Plus d’une fois celle-ci s’est retrouvée avec des cheveux de sa colocataire posés volontairement dans ses vêtements, tout en ajoutant à ces méchancetés quotidiennes une mise en commun – régulière – des effets personnels de Joslie sans le consentement de cette dernière.

Les experts Miami

Joslie a beau se plaindre auprès de l’administration de l’université, celle-ci lui explique qu’elle ne peut rien faire pour l’étudiante, les preuves manquant à l’appui. La sciencepiste, résolue à ne pas se laisser faire, décide alors de verrouiller ses trois valises et de les cadenasser aux pieds de son lit. Lassée des comportements infects de sa colocataire, des maintes disputes avec celle-ci et de l’impuissance de l’administration, Joslie se rend au poste de police de Miami pour porter plainte. La réponse reste la même, elle n’a aucun moyen de prouver son discours. Alors pour que justice soit faite, Joslie se transforme en enquêtrice, justifiant son calvaire quotidien, et collecte nombre de preuves ADN et photos des lieux du crime. Mais même après une intervention de l’ambassade en sa faveur, Joslie se résout à terminer son deuxième semestre avec sa crazy roommate.

Républicains, religieux et plus si affinités ?

Dans sa to-do-list américaine, le premier objectif de Joslie était d’échanger avec des républicains afin de comprendre le pourquoi du comment des résultats des dernières élections présidentielles. À l’université, Joslie a pu faire le constat d’une jeunesse largement républicaine et religieuse. Elle s’est fait des “amis républicains” avec lesquels elle a pu débattre,“bien que je déteste Trump, je peux comprendre aujourd’hui leurs votes même si je ne le soutiens pas”.

Autre constat : elle réalise le rôle considérable de la religion à l’université.Sur le campus, il y avait plusieurs églises j’ai même découvert des religions. Des jeunes de 18 ans prêchent la bonne nouvelle ou certains chauffeurs reprennent le discours apocalyptique et annoncent le retour de Jésus.” Des étudiants aux chauffeurs de taxi, la religion est omniprésente aux États-Unis, et les appartenances religieuses sont tout à fait assumées. Conviée par une amie, Joslie, curieuse, a pu elle aussi faire l’expérience d’une de ces soirées religieuses sur le campus. Comment tout cela s’est terminé ? “J’ai dansé sur du Kassav avec un prêtre chinois !”

La 3A de Joslie se résume donc en une année de “découvertes, de bonheur et de challenges” entre postes de police, taxis et ambassade française. Une année folle pour notre sciencepiste, qui marquera le début de sa vie de femme indépendante.

Magalie Danican