A la une

Des incidents homophobes lors de la Queer Week à Sciences Po

Après les tags anti-FN réalisés en octobre 2015, Sciences Po s’est une fois de plus réveillé ce matin avec des inscriptions sur ses façades, devant le 28 rue des Saint-Pères, le 13 rue de l’Université et à l’intérieur du 27 rue Saint-Guillaume. C’est la communauté LGBT qui a cette fois été visée, à l’occasion de la huitième édition de la Queer Week, la semaine de réflexion autour des genres et de la sexualité, qui se déroule du 10 au 18 mars.

qw

Photo twitter de Samuel Hall https://twitter.com/thistlezzz/status/840179271389839361

L’administration a d’ores et déjà condamné ces actes, à travers un mail envoyé par Frédéric Mion aux étudiants cette après-midi. Le directeur a apporté son soutien aux organisateurs de la Queer Week et a affirmé que Sciences Po ne peut tolérer “ni ces messages haineux envers les personnes LGBT, ni l’impact psychologique qu’ils peuvent avoir sur l’estime et la confiance en soi des personnes visées”. Les personnes ayant réalisés ses inscriptions “s’exposent à des sanctions”, a soutenu le directeur. Si les tags ont été enlevés dans la journée, un autre incident a eu lieu lors de la conférence d’inauguration de la Queer Week. Un haut-parleur caché dans l’amphithéâtre a en effet interrompu la rencontre en diffusant une bande-son de la Manif pour Tous.

Les organisateur de la Queer Week ont rappelé sur leur page Facebook “l’importance du respect pour la diversité et la nécessité d’avoir des évènements tels que la Queer Week qui ouvrent des espaces inclusifs et donnent la parole à des propos et des individus trop souvent invisibilisés, ignorés et décrédibilisés”.

Les condamnations, indignations et messages de soutiens ne se sont pas faites attendre sur les réseaux sociaux:

Sur Twitter, voir le thread (fil/suite de tweet) de @thistlezzz (cliquer dessus pour dérouler)

 

 

https://twitter.com/StephanieLBE/status/840207713703477250