Vie du campus

Le Grand Forum des régionales

bandeau_forum_scpotv.jpg Alors que les régionales s’approchent (14 et 21 mars !), SciencesPo TV, associé à Rue89, nous a offert un événement majeur et une chance unique de faire notre choix avec le grand forum des Régionales. Les principales têtes de liste d’Ile de France étaient là pour présenter leur programme et répondre aux questions des élèves, des internautes et d’un malheureux panel.

Le but d’un tel rassemblement est bien évidemment d’appeler au vote: à peine un quart des « Jeunes » ont l’intention de voter (même si on peut regretter que l’accès fût réservé aux étudiants de SciencesPo, population probablement pas la plus touchée par l’abstention..). Il faut dire que la région, création récente, passionne peu – a peine en connait-on la couleur.

Pascal Perrineau, directeur du CEVIPOF, nous a offert une rapide analyse de la situation. Si la gauche se porte incontestablement très bien, ça n’est pas uniquement en raison du prévisible vote sanction envers le Président. Il y a en France une tradition de gauche municipale, le socialisme se porte en général mieux au niveau local qu’au niveau national. En outre d’autres facteurs expliquent la défaite prévisible de la droite: la montée des extrêmes – dont surtout l’extrême droite – qui handicape les grands partis et surtout l’impopularité structurelle des majorités à mi-mandat. La gauche hérite en effet déjà de 20 des 22 régions des élections de 2004.

Étaient présents, un par un, Cécile Duflot pour Europe Écologie, Alain Dolium pour le MoDem, Antonio Duarte (non prévu) pour Alliance Écologique, Marie-Christine Arnautu pour le Front National, Nicolas Dupont-Aignan pour Debout la République, Pierre Laurent pour le Front de Gauche, Pierre-François Grond pour le NPA, Valérie Pécresse pour l’UMP et Jean-Paul Huchon pour le PS.

Le sujet numéro 1 en Ile de France est sans surprise les transports: tous les candidats ou presque ont abordé le thème (certains quasi-exclusivement), apportant des solutions toutes différentes aux soucis que rencontre le réseau le plus emprunté au Monde. Cécile Duflot souligne la nécessité de rééquilibrer le territoire et de réduire le temps de transport, sans vraiment donner de solution concrète. Antonio Duarte, l’autre candidat écologiste, propose concrètement la création de deux métros circulaires en petite et moyenne couronne (mais le projet existe déjà avec Orbival). C’est Nicolas Dupont-Aignan qui aura le plus parlé des transports (puisqu’il n’aura presque abordé que ce thème), en proposant notamment la densification du réseau de bus, peu couteux et plus flexible – il critique notamment les récentes créations de lignes de tramway. Il propose également un pass Navigo moins cher, de manière à éviter les fraudes (même si une grande partie des fraudeurs pourraient obtenir une carte Imagin’R déjà remboursée à moitié par la région, et parfois plus selon le département). Pierre Laurent tempère, quant à lui, arguant que la région seule ne peut révolutionner les transports. Valérie Pécresse affirme que la galère des transports est un échec de la majorité sortante, mais se cache derrière l’objectif flou du Grand Paris pour n’apporter aucune solution concrète: c’est ce qu’explique Jean-Paul Huchon (président sortant), selon lequel la priorité des Franciliens est que les RER existant fonctionnent. Il propose de plus un dédoublement de la ligne 13, saturée, par un prolongement de la 14 et informe qu’il a déjà commencé la construction de portes palières, la généralisation du système automatisé Ouragan et l’intensification du trafic sur cette ligne. Il ajoute les promesses d’un dézonnage de la carte Navigo le week-end (existe déjà pour la carte Imagin’R, qu’il veut étendre aux Jeunes ni étudiants ni lycéens), des transports 24h/24 le samedi et l’avancement de l’heure des métros à 4h00 du matin pour les travailleurs décalés.

Mais à droite l’autre sujet phare est la sécurité. Cela peut se comprendre: quel électeur s’opposerait à plus de transports et une meilleure sécurité ? C’est ainsi que se multiplient les amalgames, afin de faire passer la région pour bien plus dangereuse qu’elle n’est. Quelques mesures concrètes ont néanmoins été proposées: Marie-Christine Arnautu explique que la sécurité est la première des libertés, notamment dans les lycées qui sont une compétence régionale. Ainsi propose t-elle une police des lycées qui empêcherait l’intrusion de « bandes » et la mise en place de cartes de lycéen infalsifiables. Mais c’est Nicolas Dupont-Aignan qui mettra en parallèle la sécurité et l’immigration, expliquant notamment que la France rencontrera des problèmes de délinquance tant que la frontière avec la Roumanie ne sera pas fermée: propos stigmatisants et discriminatoires confirmés par la suite – inquiétant mais pas étonnant vu la période. Jean-Paul Huchon réagira à ces propos au micro de lapeniche.net: intolérables, ils témoignent de la méconnaissance du dossier – les Roms ayant créé des associations et étant aidés par la région pour se loger sans causer le moindre souci, notamment à Aubervilliers, ajoutera t-il. Valérie Pécresse, enfin, propose d’autres mesures concrètes telles que l’ajout de surveillants dans les lycées (à la place des professeurs que l’on supprime, explique t-elle), le développement des portiques, de la vidéo-surveillance et de la police autour des lycées. Elle soutient également l’idée de Lefebvre: au moins un wagon par train surveillé la nuit par des policiers.

Sur le terrain de l’écologie, Cécile Duflot s’est illustrée en.. n’en parlant pas (ou quasiment pas): tout juste a t-elle renvoyé aux 140 propositions faites sur le site de campagne d’Europe Écologie. Même chose pour Antonio Duarte, qui propose simplement de s’inspirer du modèle londonien, conciliant développement économique et qualité de vie. Alain Dolium, en revanche, propose concrètement la création d’un fond régional de l’énergétique qui favoriserait la production d’énergie renouvelable, laquelle devrait être produite dans tous les lycées d’Ile de France (avec le solaire, l’éolien ou le géothermique). Il propose enfin une prime à la casse sur les chaudières polluantes, de manière à introduire un nouveau comportement citoyen.

L’identité nationale s’est également introduite dans le débat, évidemment pas complètement local: c’est le FN qui en parle évidemment le plus, puisque son slogan (« Français premier servis ») le suppose. Être Français n’a selon M.C. Arnautu aucun rapport avec l’origine et la religion. Les Français n’ont pas les moyens d’aider les autres: il faut arrêter d’accompagner la misère mais rétablir une solidarité à travers les générations et arrêter le communautarisme. Même si elle y participe de fait, elle rejette le débat lancé par Besson, qui ne fait que diviser le pays. Nicolas Dupont-Aignan la rejoint sur ce point, en expliquant que le ministre de l’immigration est en quête de légitimité, comme font les traîtres, mais ajoute qu’il y a un vrai problème par rapport à l’identité française (les « jeunes de banlieue sont tiraillés entre le MacDo et la Mosquée ») – un problème si grave qu’un tremblement de terre politique aura lieu sans doute avant 2012 (selon lui – l’avenir nous le dira).

Enfin chaque candidat s’est exprimé sur des sujets divers: Cécile Duflot veut doubler le budget logement et instaurer le billet de transport à 1€ le soir pour stimuler la vie nocturne, Arnautu veut arrêter le clientélisme et le « saupoudrage » les subventions, Dupont-Aignan accuse les grands partis d’étouffer le débat, Pierre Laurent veut interdire les expulsions locatives pour éviter que des familles entières ne se retrouvent à la rue, Valérie Pécresse a défendu son action en tant que ministre en expliquant qu’elle a accéléré la création de chambres CROUS depuis 3 ans, et Huchon propose un Pass Contraception pour rendre celle-ci libre, anonyme et gratuite, le financement de la mutuelle pour tous les jeunes jusqu’à 26 ans, et réponds sans souci à une question sur l’apiculture.

Au final, l’expérience était plutôt instructive et intéressante pour évaluer la personnalité des candidats plus que leur programme, la plupart n’étant pas vraiment rentrés, par manque de temps, dans les détails. On pourrait regretter l’absence de réel débat entre les candidats (mais peut-être était-ce trop difficile à planifier), ainsi que la présence d’un panel: cette méthode étrange qui consiste à donner la parole à des inconnus censés représenter des tranches diverses de la population mais qui n’ont ni l’expérience d’un vrai journaliste ni la légitimité d’un porte parole élu. On peut déplorer par exemple l’évocation quasi-systématique du problème des libertés numériques, hors de propos dans le cadre des régionales. Mais l’ensemble du forum aura tout de même été une large réussite pour les étudiants, pour les candidats et surtout pour SciencesPo TV.

Illustration : Sciences-po.fr

Categories: Vie du campus

Tagged as: , ,

  • mistermartoon

    Nicolas Dupont-Aignant a fait un parallèle entre immigration et délinquance ? Vite vite on ressort les anathèmes habituels : « stigmatisants » et « discriminatoires ». Adrien Bouillot a juste oublié « raciste », « xénophobe » et « nazi » dans sa liste.

  • mistermartoon

    Très bon forum en effet 🙂

    J’ai surtout adoré le tract de bisounours de l’UNEF, Sud, Parti de Gauche, PS et Attac sur les vilains fachos du Front National qui ne doivent pas avoir le droit de venir s’exprimer à Sciences Po.

  • Marc

    Bon article! merci pour le compte-rendu!

  • co

    :]

  • Theo

    C’est une bonne initiative que de rapporter ce qui a été dit au Forum pour ceux qui n’y ont pas assisté, même si, et vous l’avouez vous-mêmes, » le programme avait moins d’intérêt que la personnalité » des candidats. Vous deviez choisir entre le programme et la personnalité, vous avez apparemment choisi de rapporter les propositions de chacun. Alors même s’il semble évident qu’il est difficile d’être objectif en parlant des programmes des candidats, on attend un peu moins de partialité ( certes camouflée). Alors même s’il est louable de parler de Dupont-Aignan, absence quasi-total des candidats Front de Gauche, NPA et Europe Ecologie (ah si, pour dire qu’elle n’avait pas parlé de son programme) dans le texte (l’étaient-ils peut-être dans le forum ?), quelques lignes sur Pécresse mais pour taper dessus et surtout, Grand Dieu, des paragraphes entiers sur le gentil Huchon.
    Des exemples ? ->  » Valérie Pécresse affirme que la galère des transports est un échec de la majorité sortante, mais se cache derrière l’objectif flou du Grand Paris pour n’apporter aucune solution concrète: c’est ce qu’explique Jean-Paul Huchon (président sortant), selon lequel la priorité des Franciliens est que les RER existant fonctionnent. Il propose de plus un dédoublement de la ligne 13, saturée, par un prolongement de la 14 et informe qu’il a déjà commencé la construction de portes palières, la généralisation du système automatisé Ouragan et l’intensification du trafic sur cette ligne. Il ajoute les promesses d’un dézonnage de la carte Navigo le week-end (existe déjà pour la carte Imagin’R, qu’il veut étendre aux Jeunes ni étudiants ni lycéens), des transports 24h/24 le samedi et l’avancement de l’heure des métros à 4h00 du matin pour les travailleurs décalés. « 

    Pardon pour cette longue citation mais un effort d’impartialité aiderait à rendre crédible LaPéniche, qui pourtant fait (de temps en temps) des articles simpas.
    Bref, soit vous faites un édito qui prend parti pour un candidat, soit vous retranscrivez de manière neutre les paroles/programmes de chacun mais choisissez, sous peine de ressembler davantager à un fil d’actualité TWITTER qu’à un journal.
    Amicalement.