A la une

Le Mag’ : Pop Art au Musée Maillol

« BADABOUM », « VLAN », « SPLATCH » et « WOW », voilà ce que semblent hurler les œuvres de la toute dernière exposition du Musée Maillol, « Pop Art : Icons that Matter », que La Péniche ne saurait trop vivement vous recommander de visiter. Jusqu’au 21 janvier 2018, le musée, situé à deux pas de Sciences Po, héberge les plus belles œuvres de la collection du Whitney Museum of American Art : sculptures, peintures, collages, pour une soixantaine de travaux au total à découvrir.

Affiche de l’exposition Pop Art

Le pop art, miroir des sixties

Une multitude de thèmes sont abordés, de la société de consommation à la guerre du Vietnam en passant par le statut de la femme et la violence quasi épidémique qui se banalise au cours des années soixante. Ces divers sujets ne font que rendre plus saisissante l’incroyable variété de tons que les artistes choisissent d’adopter pour étudier leur époque. Leur voix est provocatrice, ludique, joyeuse, polémique et surtout d’une folle créativité. On est repoussé, fasciné, amusé, surpris… Et c’est sans doute dans tout ce panel de réactions sincères que réside l’intérêt du Pop art, et de l’art a fortiori.

« Madonna and Child » par Allan d’Arcangelo ( 1963 )

On éprouve surtout un immense plaisir à réaliser que le Pop art ne se résume pas aux sérigraphies d’Andy Warhol : Lichtenstein, Wesselmann, Dine, Drexler ou encore Rauschenberg, autant de noms d’artistes dont les œuvres ne pourront que vous surprendre, vous révolter et vous enthousiasmer.

Une collection pleine de surprises

L’exposition a la grande qualité de proposer aussi bien certains travaux assez réputés que d’autres méconnus du public français : on éprouve ainsi à la fois le plaisir de retrouver des œuvres déjà aperçues, et un enchantement presque enfantin à en découvrir de nouvelles.

« Nine Jackies » par Andy Warhol ( 1964 )

Le Pop art est celui qui claque, qui choque, qui crie et fait scandale, dans une énergie folle d’une société où tout s’accélère, et c’est ce dynamisme et cette insolence que parvient à transmettre la collection haute en couleur du Whitney Museum. N’hésitez donc plus à prendre une petite heure de votre temps – ou plus si le cœur vous en dit – pour déambuler sous les yeux de ces icons d’un autre âge… mais qui matter toujours autant qu’il y a cinquante ans.

« French Fries and Ketchup », sculpture de Claes Oldenburg ( 1963 )

Musée Maillol : 59-61, rue de Grenelle, 75007 Paris. Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30 ( jusqu’à 21h30 le vendredi )
Métro 12, station Rue du Bac. Bus n° 63, 68, 69, 83, 84, 94 et 95
Tarif jeune ( 7-25 ans ) : 5€. Plein tarif : 13€