A la une

Le Mag’ : Three Billboards Outside Ebbing, MO

Dimanche soir se tenait la 90ème cérémonie des Oscars. À cette occasion, Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, film du réalisateur irlandais Martin McDonagh, a remporté deux statuettes. La prestation de Frances McDormand, héroïne de l’oeuvre, lui a notamment valu l’Oscar de la meilleure actrice. La Péniche est allée voir ce film des plus atypiques. 

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri, de son titre français Three Billboards : Les Panneaux de la vengeancea triomphé il y a quelques jours à la cérémonie des Bafta, l’équivalent britannique des Oscars. Le film a raflé cinq prix dont celui de « meilleur film » et « meilleur scénario ». Le film du cinéaste irlandais Martin McDonagh avait précédemment brillé au Mostra de Venise, au festival international du film de Toronto ainsi qu’aux Golden GlobesMais comment expliquer le succès de ce drame acide à l’humour incisif ?

Affiche du film Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

Au coeur du drame, trois panneaux

Dans une petite ville du Midwest, Mildred Hayes se retrouve désemparée face au manque de progrès des investigations menées pour retrouver le meurtrier et violeur de sa fille, Angela. L’enquête est au point mort et Mildred est convaincue de l’incompétence des membres de la police en charge de l’affaire. Dès lors, une question : qu’est-ce qu’une mère serait capable de faire pour retrouver l’assassin de sa fille ? Mildred Hayes décide, dans un élan désespéré, de louer trois vieux panneaux au publicitaire Red Welby, le long d’une route de campagne à priori désertée depuis la construction d’une autoroute plus moderne non loin de là.

Ces panneaux qui se succèdent crient en lettres noires sur fond rouge la colère d’une mère qui s’exaspère de l’inaction de la police locale : « Violée pendant qu’elle agonisait il y a plusieurs mois », « Toujours pas la moindre arrestation », « Pourquoi, shérif Willoughby ? ». Elle espère ainsi que son message provoquera un sursaut chez les autorités et relancera l’enquête, sauf qu’en s’attaquant au chef de police plutôt apprécié de la petite ville d’Ebbing, Mildred se retrouve confrontée à la face la plus sombre des citoyens de la petite bourgade et doit lutter contre les représailles.

Un portrait du visage sombre de l’Amérique

Martin McDonagh nous plonge dans une Amérique profonde marquée par le racisme, la violence et l’ennui que la peu commode Mildred Hayes vient perturber avec sa quête de justice. L’excellente Frances McDormand avait hésité à accepter le rôle de Mildred. Pourtant, elle incarne à merveille cette quinquagénaire au caractère bien trempé tout droit sortie d’un western, animée par un brûlant désir de vengeance. Cette femme à la recherche de justice fait preuve d’une détermination à toute épreuve face aux pires détracteurs, même lorsqu’il s’agit d’un membre de la police. Dixon, l’adjoint qui se rêve un jour inspecteur, à la fois raciste, alcoolique, misogyne et homophobe, ne supporte pas l’idée qu’on s’en prenne au shérif et compte bien mettre fin à son entreprise pour la vérité. Mildred fait le constat que dans un monde cruel, il faut l’être encore bien plus pour parvenir à ses fins.

Au fur et à mesure que l’intrigue progresse, les personnages évoluent et nous montrent, chacun à leur manière, que tout est ambivalent. Alors que nous sommes spectateurs d’un désir furieux de vengeance engendrant cruauté et violence lors d’une scène, celle qui suit la contrebalance en révélant le personnage sous un autre jour, dans ses faiblesses et toute son humanité. Ce film a une résonance particulière et brille de réalisme tant les problématiques soulevées n’ont de cesse de nous renvoyer à notre société, qu’il s’agisse des violences faites aux femmes ou des abus sur fond de racisme de la police.

Après deux long-métrages, eux aussi récompensés, Bons baisers de Bruges (2008) et Sept psychopathes (2013), Martin McDonagh signe ici une détonante comédie dramatique qu’il est toujours possible de visionner, puisqu’elle est encore à l’affiche dans de nombreux cinémas.

Et si vous souhaitez voir la bande-annonce du film de Martin McDonagh, c’est par ici : 

https://www.youtube.com/watch?v=Jit3YhGx5pU