A la une

Le Rocky Horror Picture Show

 

Ce vendredi 4 novembre, une sortie “Rocky Horror Picture Show” sera proposée aux sciencespistes qui souhaitent décompresser pour quelques heures. Organisée par Equal (“l’association de tous les genres et de toutes les sexualités” de Sciences Po) en partenariat avec le BDA, l’événement a connu un grand succès l’année dernière: l’occasion pour La Péniche de se pencher sur ce petit phénomène, et de tenter de comprendre ce qui peut bien pousser de nombreux étudiants à aller jeter riz, eau et papier toilette sur leurs camarades… Cassandre, qui préside Equal, a accepté de répondre à nos questions. Entretien.

Affiche de l'évènement

Affiche de l’événement

La Péniche: Le Rocky Horror Picture Show compte bon nombre de fans outre-Atlantique, et bien qu’il y ait également un public français, le show reste moins connu ici. Est-ce que vous pourriez nous présenter l’événement et son concept en quelques mots ?

Cassandre: Le Rocky Horror Picture show est un film culte des années 70 qui, après avoir fait un four à sa sortie officielle, s’est fait connaître grâce aux midnight movies, ces films diffusés tard le soir et qui rassemblaient une clientèle de cinéphiles et de fans un peu loufoques. Sans spoiler, c’est l’histoire d’un couple un peu niais qui par un concours de circonstances se retrouve à passer la nuit dans un château, à la merci du maître des lieux… A la base c’était une comédie musicale, et ce film en est l’adaptation cinématographique. Après sa ressortie en midnight movie, le nombre des fans n’a cessé de grandir, tant et si bien qu’aujourd’hui encore il n’est toujours pas déprogrammé ! Un véritable culte s’est formé et très vite, l’ambiance dans la salle de cinéma est devenue aussi déjantée que le film lui-même. Depuis plusieurs décennies, un cinéma passe le film toutes les semaines à Paris, le studio Galande, et pendant qu’il joue, une troupe de comédiens amateurs mime le film et interagit avec la salle, ce qui fait qu’il y a deux spectacles : celui à l’écran, et celui dans la salle, auquel le public est appelé à participer.

 

 

La Péniche: Visiblement, on a peu de chance de ressortir intact d’un tel spectacle… Pourquoi les étudiantes et étudiants devraient-ils abandonner leurs papers pour aller asperger leurs camarades sciencespistes ?

… Et chanter et danser ! Je pense que la réponse est dans la question : c’est une séance de cinéma comme on n’en voit jamais. L’an dernier, on avait rempli la moitié de la salle, et ce qui était unique dans l’ambiance qui se dégageait c’était le plaisir d’être avec ses camarades et décompresser toutes et tous ensemble après une semaine chargée. Non vraiment, il n’y a que de bonnes raisons pour abandonner ses exposés pendant quelques heures et se balancer de l’eau, du riz et du PQ au son d’un rock’n’roll endiablé ! C’est aussi unique, de pouvoir se rassembler comme ça autour d’un monument de la culture queer.

La Péniche: C’est intéressant, ce point sur la culture queer… En quoi est-ce important qu’une association comme Equal organise ce genre de sorties ? Ou plutôt, quel est le rapport entre l’association et le spectacle ?

Equal, en tant que l’association de toutes les sexualités et toutes les identités de genre, a pour but, entre autres, de promouvoir la culture queer, qui reste mine de rien assez underground… On a peu de monuments fédérateurs d’une telle ampleur, qui soient à la fois emblématiques et non exclusifs à la communauté LGBT+. Si on ne fait pas ce genre de sorties culturelles, on se coupe d’un élément indissociable de notre identité qui est notre culture, notre histoire mais aussi notre actualité.

La Péniche: Vous aviez organisé une sortie similaire l’année dernière, pour un événement spécial. Quels sont les retours que vous en avez eu ? Y-a-t-il des choses que vous avez décidé de changer, notamment dans votre manière d’aborder l’événement et des conseils que vous donnez aux participants ?

Oui, l’an dernier nous avions fait la sortie en partenariat avec SPIV. Les retours étaient super positifs ! Pour ma part c’était une de mes premières sorties avec l’asso et ça a clairement joué dans mon attachement à celle-ci. Les gens avaient passé un super moment, et l’ambiance était électrique ! Les personnes qui n’avaient jamais vu le film ont vachement bien joué le jeu. Cela dit, pour cette année, nous avons décidé de mettre un trigger warning dans l’évènement concernant certaines blagues sexuelles scabreuses dans le film et dans la salle, qui peuvent mettre mal à l’aise certaines personnes qui n’ont jamais vu le film. Notamment prévenir le public de ne pas se mettre sur les premiers rangs si certaines personnes veulent éviter des attouchements de la part de la troupe d’animation. Au niveau du show, pour les plus déterminé-e-s, la tenue est de mise: bas résille, corset, rouge à lèvres… Et pour les autres, plutôt des vêtements qui ne craignent pas l’eau et le riz. On ressort souvent mouillé et recouvert d’un mélange pâteux d’eau et de riz… Au reste, pour les interactions entre le public et le film, un petit kit est nécessaire : du riz, de l’eau, des journaux, un briquet, des gants de ménage, du papier toilettes, des confettis, des toasts, des cartes et une crécelle pour les plus expert-e-s… A jeter sur les autres ou activer à certains moments. Enfin, venez avec une bonne dose d’humour !

 

La Péniche: Une question un peu plus centrée sur l’association pour la fin ! Jusqu’à la fin de l’année dernière, Equal s’appelait encore Plug n’Play. Un changement de nom est rarement anodin, et va parfois de paire avec changement de ligne… Est-ce qu’on va vers une politisation progressive de l’association ?

L’association a changé de nom parce que ses membres ne se reconnaissaient plus dans le label “Plug n’Play”. Le nom ne disait pas vraiment ce que nous étions, et donnait l’impression que ce n’était qu’une assos de gays qui font la fête entre eux. Il manquait terriblement l’aspect inclusif que nous revendiquons, ainsi que les questions de prévention sexuelle et d’intersectionnalité. Ensuite pour ce qui est de la politisation de l’association… Nous nous revendiquons bien sur apartisans. Mais nous ne pouvons pas nous prétendre apolitiques parce que le simple fait de notre visibilité est politique en soi. Le fait de proclamer l’égalité de toutes et de tous, n’a rien de révolutionnaire : c’est au cœur de notre devise nationale ! Et pourtant ça l’est parce que l’égalité ne va pas de soi pour tout le monde. Se déclarer égales et égaux est à la fois un constat et un manifeste. J’espère sincèrement que cette année sera celle de la visibilité parce que partout où la visibilité avance, l’intolérance recule. Pour reprendre le Queer Nation manifesto, “We’re here, We’re Queer, Get used to it!” Pour cette année, après le Rocky, nous avons prévu pour le 9 Novembre une conférence sur être LGBT+ au travail en partenariat avec l’asso du master Ressources Humaines, puis le 10 Novembre, on aura notre deuxième soirée de l’année, au Highlander ! Par la suite nous avons plusieurs sorties ciné, conférences et partenariats sur lesquels on travaille avec amour. Parce que comme le signait Plug l’an dernier, Equal vous aime !