Vie du campus

L’Ecole à l’hôpital pôle Sciences Po, et si vous faisiez du bénévolat ?

hopital.jpgL’association L’école à l’hôpital a participé à la reconnaissance des associations et a été très rapidement reconnue. Cependant, nouvelle arrivée dans le ô combien foisonnant monde associatif de Sciences Po, je n’en avais pas entendu parler et vous êtes sans doute nombreux également dans ce cas. Voici donc de quoi donner un peu plus de visibilité à cette noble association.

Pour les amateurs d’articles critiques, autant vous dire que ce n’est pas ici que vous en trouverez même si, préparant mon entretien avec Sarah Sahel et Lucie Ruat, je comptais leur demander en quoi une énième association caricative à Sciences Po avait son droit d’existence et en quoi elles pensaient que la leur était originale. Enfait, elles m’ont appris que les associations qui proposent du bénévolat à Sciences Po se comptent sur les doigts d’une main. En ce sens, elle se démarque des autres associations à caractère politique ou distrayant et elle propose aux élèves de Sciences Po de se sentir utiles. Sans doute sa reconnaissance rapide a t-elle prouvé l’intérêt que les scienpistes pouvaient porter au bénévolat.

En me présentant l’association, Sarah et Lucie insistent sur le fait qu’elle est rattachée à un centre national, l’association l’Ecole à l’hôpital Marie-Louise Imbert et qu’elles participent donc au développement d’un pôle Sciences Po. Le relais avec l’association mère est ainsi permanent, même si elles souhaitent quelque peu s’en émanciper et organiser régulièrement des réunions d’échange entre les bénévoles de Sciences Po.

Les deux responsables sont actuellement en master 1 et elles ont toutes les deux passé leur troisième année aux Etats-Unis où le bénévolat des étudiants est largement plus développé et où tout le monde semble être engagé dans une activité de ce type. Ainsi, au cours de leur troisième année l’idée leur est venu de permettre aux étudiants de Sciences Po de pouvoir s’engager plus facilement. Elles sont conscientes que nous sommes nombreux à vouloir le faire, mais que réaliser le premier pas est parfois difficile. Elles sont justement là pour cela : rencontrer les étudiants volontaires et les aider à franchir le pas en les mettant en contact avec l’association mère.

Concrètement, ce que propose l’association, c’est de donner des cours aux enfants hospitalisés qui ne bénéficient pas d’enseignement dans les hôpitaux. Les bénévoles de l’association mère sont souvent d’anciens professeurs mais ils sont trop peu nombreux et les élèves de Sciences Po sont appréciés pour leur polyvalence. Ainsi, les étudiants s’engagent à donner deux heures de leur temps par semaine, réparties entre 2 ou 3 élèves, et à enseigner le programme de la classe dans laquelle est censé se trouver l’élève. Il y a donc une mission d’éducation mais également une volonté de redonner confiance aux enfants et de leur permettre d’avoir un contact régulier avec l’extérieur de l’hôpital. Sarah et Lucie insistent sur le fait que les bénévoles ne sont pas lâchés dans l’univers angoissant que peut être l’hôpital mais qu’ils sont au contraire très bien encadrés et pris en charge.

Les enfants qui ont la chance de bénéficier de ces cours ne sont pas toujours très motivés, ils sont parfois dépressifs, renfermés et manquent de confiance en eux mais c’est alors tout un challenge de leur montrer qu’ils sont capables de poursuivre le cours de leur scolarité. D’autres qui ont la chance de bientôt retourner sur les bancs de l’école, sont au contraire très demandeurs de cours. La relation entre élève et bénévole se passe généralement très bien et les appréhensions souvent liées à la maladie ne posent rapidement plus de problème.

Pour ceux qui seraient intéressés pour s’engager au sein de cette association, il vous faut contacter Lucie et Sarah (eah@sciences-po.org). Elles vous mettront ensuite en contact avec l’association l’Ecole à l’hôpital Marie-Louise Imbert où vous devrez passer un entretien individuel. Le but est simplement de voir si vous êtes assez solide psychologiquement pour donner des cours à des enfants malades, de tester vos motivations et d’envisager votre futur engagement (disponibilités, matières à enseigner, etc). Si vous êtes acceptés en tant que bénévole, vous serez envoyé dans un hôpital de Paris (souvent celui qui vous arrange) afin de rencontrer vos élèves.

Le Pôle Sciences Po de l’association souhaiterait également développer deux projets hors du cadre de l’association mère. D’abord, développer des cours thématiques, par exemple sur l’Europe en lien avec les Jeunes Européens ou encore des cours de théâtre. Ensuite, organiser au second semestre un colloque sur le thème de l’éducation à l’hôpital. Pour cela, Sarah et Lucie recherchent des étudiants qui seraient intéressés pour s’occuper de son organisation. Alors encore une fois, n’hésitez pas à les contacter.