Vie du campus

Leila Almi, Responsable Recrutement chez L’Oréal

loreal_logo.jpgAncienne de Sciences Po, travaillant à L’Oréal dans la Direction des Ressources Humaines depuis un peu plus de 3 années, Leila Almi, qui occupe actuellement le poste de responsable recrutement et Campus Manager pour Sciences Po, a accepté de répondre à nos questions.

Quelle image générale avez-vous de SciencesPo et de ses étudiants ?

La vision d’ensemble est très bonne : Sciences Po est vue comme une école d’excellence, et ses étudiants comme des intellectuels avec une forte culture générale et un sens du détail développé. Ce sont des esprits bien faits, qui ont la capacité d’impressionner et de captiver leur auditoire ; c’est donc toujours un challenge pour nous de venir à SciencesPo.

Les Sciences Po bénéficient ainsi d’un a priori positif. Cependant, ils sont très loin du monde de l’Entreprise, ce qui peut parfois se retourner contre eux.

Pourquoi dites-vous que les Sciences Po sont loin du monde de l’Entreprise ?

En tant que Campus Manager, j’ai pu travailler avec différentes associations à Sciences Po. Les événements que nous sponsorisons manquent souvent cruellement d’organisation, contrairement aux écoles de commerce qui ont un véritable esprit de corps et sont très professionnelles avec les entreprises. Ces écoles se soucient de l’image qu’elles renvoient aux entreprises, alors que les étudiants de Sciences Po ne réalisent pas l’impact négatif d’une mauvaise organisation et d’un manque de professionnalisme. Je ne suis pas sûre que les étudiants comprennent réellement les enjeux d’une entreprise.

Il faut toujours garder à l’esprit que les Entreprises partenaires attendent un retour sur investissement. Quand une entreprise finance de manière importante une école, elle attend une grande participation de la part des étudiants avec une implication sur les événements organisés.

Connaissez-vous bien les différents masters de SciencesPo?

Nous sommes très familiers des différents masters, même si nous connaissons plus particulièrement les masters Marketing, Ressources Humaines, Finance et Stratégie et l’École de la Communication dont nous sommes les partenaires.

Recrutez-vous beaucoup de diplômés de SciencesPo ?

Nous recrutons beaucoup d’étudiants de Sciences Po, qui est une école cible pour nous. Ainsi, pour des postes d’opérationnels, nous avons recruté 3 personnes en 2009, 17 en 2008 et 23 en 2007. De même, pour les stages, nous avons recruté 7 stagiaires de Sciences Po en 2009, 4 en 2008, et 11 en 2007, les stages se concluant souvent par une embauche.

Quels étudiants postulent le plus chez vous, et quels sont ceux qui sont les plus recrutés?

Ce sont les étudiants du master Marketing qui postulent le plus chez nous. Cependant, leur formation est moins pointue que celle des étudiants d’écoles de commerce, l’apprentissage du marketing à Sciences Po étant tardif – surtout cette année où il n’a vraiment commencé qu’au deuxième semestre de M1.

Les étudiants en Ressources Humaines postulent souvent chez nous. Nous sommes particulièrement intéressés par leur profil, c’est pourquoi c’est le master dans lequel nous recrutons le plus.

Nous recrutons aussi quelques étudiants en communication depuis l’an dernier, début de l’École de la Communication, et pour des postes de supply chain et gestion des étudiants de Finance et Stratégie.

Quels sont vos critères de recrutement ?

L’école n’est pas un critère de recrutement en soi, mais nous aide à définir les grandes lignes du profil du candidat. Dans un CV, nous regardons en priorité les expériences. Lors des entretiens, c’est la personnalité qui est déterminante. Il faut que l’étudiant ait une sensibilité au métier, avec un sens du détail développé.

Nous voulons en particulier des achievers, c’est-à-dire des personnes qui résolvent facilement des problèmes complexes et qui vont jusqu’au bout des choses. Nous aimons aussi les esprits entrepreneurs orientés business, capables d’innovation, toujours à la recherche de l’excellence..

Nous voulons recruter des personnes enrichissantes pour les équipes, qui leur apporteront un plus. La capacité d’intégration est importante mais n’est pas un critère décisif.

Quelles sont les forces du profil SciencesPo par rapport à d’autres formations ?

Les Sciences Po ont des atouts que d’autres écoles n’ont pas. Ils ont un profil plus atypique, moins formaté. Ils ont une base solide de connaissances mais aussi un fort potentiel d’originalité. L’imagination créative est un véritable atout des SciencesPo qui sont aussi de bons communicants.

Ce sont souvent des human leaders, ayant le potentiel pour devenir par la suite team manager. Grâce à leur culture générale, ils ont une approche plus large des problèmes qui leur permet de construire une analyse multidimensionnelle. Toutefois, les SciencesPo ont moins de bases quant au business par rapport aux écoles de commerce. Ils devraient donc exploiter au maximum leurs relations, non seulement avec les recruteurs mais aussi à l’intérieur de l’école, et participer plus aux événements organisés par les entreprises.

Êtes-vous satisfaits des SciencesPo que vous avez recrutés?

Nous avons un très bon retour des opérationnels, notamment en ce qui concerne leur esprit d’analyse. Ils font preuve d’adaptation, mais il y a souvent un moment de flottement par rapport à l’esprit d’entreprise et de la culture du Groupe.

Quel est le parcours type des SciencesPo qui ont été recrutés chez L’Oréal?

Il n’y a pas de parcours type, mais une multitude de parcours différents, grâce à une politique de gestion de carrière très dynamique à L’Oréal. Nous avons des SciencesPo à de très hauts niveaux dans l’entreprise, dans des secteurs très différents. A titre d’exemple, un ancien Vice-Président, la Directrice des Relations sociales France, des chefs de groupe Marketing, la directrice des études marketing d’Europe, la Directrice Adjointe Gestion Finance, des Directeurs d’Enseigne et beaucoup de DRH sortent de SciencesPo..

Quel est le salaire pour un SciencesPo ?

Il n’y a pas de discrimination salariale en fonction des écoles. Nous recrutons à Bac +5 avec un salaire de départ de 36 000 euros bruts par an, sans compter l’intéressement et la participation qui représentent environ trois mois et demi de salaire.

Quel conseil final pourriez-vous nous donner ?

Le monde de l’entreprise est à portée de main, profitez-en plus !

Categories: Vie du campus

Tagged as:

  • paoletti

    desirerais avoir un entretien avec vous ou drh afin de vous proposer une prestation de service en tant que sophrologue et coaching au sein de votre societe mes coordonees 0145246519 OU 0682594482 JE VOUS AVAIS ENVOYE DES DOCUMENTATIONS

  • Romain

    L’Oréal, voilà ce que c’est la vraie diversité : ça recrute, Sciences-Po, HEC, l’ESSEC et autres écoles de commerce de renom pour gens tunés.
    Si tu es passionné par le produit, que tu as envie de tout donner pour une carrière au sein d’un groupe avec de beaux produits, mais que tu viens d’Université, ba t’as le droit de rêver, c’est déjà pas mal : L’Oréal, parce que tu le vaux bien

    • Benjamin L’Hermitte

      Je viens d’une école de commerce modeste (l’INSEEC) et L’Oréal m’a laissé ma chance pour une alternance cette année donc ça ne veut rien dire. Essaie de rencontrer du monde, faire des salons, forums, faire du réseau sur linkedin…

  • Little Girl

    Je suis à la fois d’accord avec Fauxdupe et Ouaich;

    Tout d’abord Ouaich : oui absolument, la plupart des gens sous estiment le travail que fourni une équipe marketing. Chez L’Oréal ou ailleurs. Cependant, j’ai bossé dans pas mal de groupes, passé pas mal d’entretiens et doit reconnaître avoir détesté mes entretiens chez L’Oreal.

    Chez L’Oréal, on te fait bien sentir qu’il ne s’agit pas seulement de tes diplômes, de tes compétences ou encore de ton expérience. En entretien L’Oréal tu te sens d’avantage attaquée en fonctions de critères personnels: ton physique, tes vêtements, ta façon de te maquiller, de parler. Bref tu sors de là en te disant :  »suis-je assez bien (en tant qu’individu) pour rentrer dans l’univers très fermé de L’Oreal? ».

    Je trouve cela condamnable. Inacceptable et c’est ce qui me conforte dans l’idée que la politique RH de L’Oréal n’est pas forcément la meilleure. Chez L’Oréal on ne recrute pas forcément le major de la promo, on est plus intéressé par la pompom girl.

  • ouaich

    c’est ca, c’est ca, va voir bosser les marketeux de L’Oréal jusqu’à pas d’heure tous les soirs et tu me diras ce que tu entends pas « qui en font le moins »..;
    J’aime beaucoup les « faux dupes », des gars blasés comme toi qui dévalorisent le diplôme en se sentant trop bien pour daigner se couler dans le monde de l’entreprise… tu ferais mieux d’écouter ce que disent les recruteurs des grands groupes et t’adapter à ce qu’ils cherchent, c’est par définition eux qui ont raison, car ce sont eux qui recrutent…

  • Fauxdupe

    L’Oréal croit obstinément que sa supercherie du Recrutement à la mode RSE fonctionne encore à tous écrins auprès du public. L’Oréal recrute de la même manière qu’ils vendent des shampoings: des opérations com’ tous azimuts sur les thèmes Ethic-Business-Diversity alors que les photos comme les profils sont formatés, artificiels et retouchés. Le recrutement commence par l’école, puis l’apparence physique, ensuite le prechi-precha entrepreneur-personnalité qui semble t-il, fait LA différence est un leurre marketing comme bien d’autres.

    L’Oréal fonctionne au réseau, à l’apparence et à l’espionnage du voisin. Les plus respectables sont les chercheurs qui malheureusement se gâchent dans ce microcosme où les plus bling-bling Marketing-RH-Com’ qui en font le moins, récoltent les fruits du travail.
    Après des années de suprémacie sous l’ère OJ, le modèle L’Oréal est en train de s’essoufler et personne n’est prêt à le changer, une page se tourne inéluctablement…

  • SD

    3 ans après avoir quitté ScPo, j’observe que l’approche de la complexité qui fait la richesse de nos études se dilue complètement dans une approche stéréotypée strictement binaire opposant écoles de commerces et ScPo.
    Heureusement, la variété vient après avoir intégré L’Oréal (« pas de parcours type » …) !

    Attention aussi à la cohérence du message, à trop courir de lièvres (…) : si les étudiants en Marketing postulent le plus et que ce sont les étudiants en RH qui sont le plus recrutés, celà sous-entend pas mal de choses pas forcément géniales. Je comprends qu’il soit nécessaire d’embaucher des master de com’ après ça …

    Bises Leila et t’inquiètes, on va être motivé pour tes anim’ cette année.