Expos

LE MAG – Take me ! (I’m yours) : le mystère résolu

La Monnaie de Paris accueillait du 16 septembre au 8 novembre une exposition au titre aussi surprenant que son concept. Take me (I’m yours !) réunissait une horde d’artistes plasticiens de tous les horizons. Vingt ans après son immense succès à la Serpentine Gallery du musée d’art contemporain de Kensington Gardens de Londres,  l’exposition conçue par Christian Boltanski et Hans Ulrich Obrist, a ressuscité. Si vous avez manqué cette révolution créative et ludique, nous nous faisons un plaisir de vous partager nos impressions.

affiche-Take-Me-I-m-Yours

First of all…

Le lieu a été choisi pour sa portée symbolique. La monnaie est l’élément de base de l’échange marchand.

Les notions d’échange et de la destruction par la consommation conduisent le cours de l’exposition. Les oeuvres sont conçues pour que le visiteur puisse interagir et participer à leur réalisation. Ce processus les rend à la fois éphémères, par un perpétuel renouvellement, et infinies.

Chaque visite est donc une expérience unique. Le parcours intellectuel élaboré par les artistes n’est pas toujours aisé à retracer. Heureusement le fonctionnement de chaque installation est détaillé. Ces modes d’emplois atypiques expliquent la démarche à suivre pour respecter les volontés de l’artiste qui a légué au public le fruit de son travail.

 

If you really insist…

Le début du parcours est déroutant. Des montagnes de vêtements usés amassés au centre d’une pièce jurent avec les dorures néoclassiques des boiseries. Les visiteurs s’échangent des regards, perplexes…

img_5089

© Boris Courret

Que sommes nous censés faire ? Comment saisir la notion d’échange dans cette installation ? Des rames de feuilles colorées jonchent le sol. Leur modernité standardisée industrielle se heurte avec le parquet en bois massif.

Certains visiteurs décident de chiner les fripes et se servir, sous l’oeil attentif des vigiles. Le malaise est palpable, on n’hésite pas à qualifier d’opportunistes ces personnes qui mettent la main dans le sac. Pourtant, le jeu ne fait que commencer…

 

Everything is sold !

Au fil de la visite, on découvre des installations plus loufoques les unes que les autres. Chacune propose de se fondre dans une atmosphère.

Une salle tapissée de carte postales représentant la tour Eiffel nous met dans la peau d’un touriste ébahit devant la splendeur de notre monument national. Des petites tours Eiffel en métal sont offertes à nos pulsions cleptomanes.

Une autre salle, de petite dimension pour suggérer un esprit cosy, est une invitation envoutante aux plaisirs de l’Orient. Tapisseries, pouf en broderies, distillateur d’eau de parfums créent un voyage des sens. Des flacons d’eau de rose sont disposés dans la pièce : une autre occasion de ramener un souvenir de cet instant de détente.

Une autre oeuvre consiste en un pare-terre de bonbons à la menthe. L’absurdité de cette installation est sa finitude. Si tout le monde se sert, la composition disparaît. Or, la gourmandise finit par prendre le dessus.

© Tous les musées

Enfin, deux salles invitent à la réflexion, l’une sur les médias et l’autre sur les révoltes. Des tas de journaux sont offerts en plusieurs langues. Sur les murs, des thèmes interpellent les visiteurs. Cet encouragement à l’expression intellectuelle cherche à donner le goût de la provocation et de l’engagement.

La dernière oeuvre présentée est la plus ahurissante. Il s’agit d’un formulaire à remplir pour gagner une journée avec le créateur de l’exposition. En somme, même l’artiste est réduit à un objet de consommation. Dulcis in fundus, le passage dans la première salle est obligatoire pour accéder à la sortie…Impossible de résister !

Bien peu d’expositions donnent l’opportunité de ramener en souvenir un pantalon trop petit ou un pull déchiré (ou même les deux, pourquoi choisir ?). Et ce n’est qu’en rentrant chez soi, avec un sac plein d’objets inutiles que l’on prend conscience de cette emprise. Une fois le mythe de l’acheteur compulsif dévoilé, place aux aveux …

Categories: Expos, Le Mag'

Tagged as: , , ,