A la une

Les 2000 en Boutmy : bilan de la semaine d’intégration 2018

Ca y est, la génération 2000 a enfin franchi les portes du 27 rue Saint-Guillaume ! La semaine dernière, la pré-rentrée a permis aux nouveaux étudiants de découvrir Sciences Po, son administration, ses exigences, ses spécificités mais aussi ses associations. Alors que la promotion 2023 entame son premier semestre, La Péniche revient sur sa semaine d’intégration.

Des discours, encore des discours

Dès lundi matin, les nouveaux sciencepistes se sont vus présenter le collège universitaire. Au programme, conseils, explication de la maquette pédagogique, des critères d’évaluation, sans oublier du fameux parcours civique. Néanmoins, ce sont la rentrée solennelle et la leçon inaugurale qui étaient les plus attendues des étudiants. Les traditionnels discours de Frédéric Mion et Olivier Duhamel ont en effet flatté mercredi dernier. « Monsieur Mion est très charismatique, il a de la prestance. J’avais envie de lui dire ‘apprenez-moi à parler comme vous !’ », admet Dikel, nouvelle sciencepiste. Pour ce qui est de la leçon inaugurale, elle a cette année fait place à une femme de lettres, Yasmina Reza. Accompagnée du journaliste Florent Georgesco, la dramaturge a préféré que sa venue prenne la forme d’un entretien. La conversation, axée sur le rôle de l’écrivaine a beaucoup intéressé. Toutefois, cela n’a pas empêché certains de regretter une rencontre « intéressante mais pas transcendante », comme en témoigne Dauphine. Son camarade, Quentin n’en dit pas moins, relevant « quelques coups de mou ».

Une semaine rythmée par divers ateliers

La pré-rentrée a également été marquée par plusieurs ateliers. Tout d’abord, celui d’art oratoire qui a pour objectif de donner de bons réflexes aux étudiants dans leur expression. Il s’est achevé en fin de semaine par des séances de débat. Bien que les premiers cours puissent être gênants pour certains, les apprentis orateurs ont rapidement oublié leur embarras. Jules, nouveau sciencepiste, déclare d’ailleurs que « dans [s]on groupe, tout le monde a joué le jeu », rendant le cours « stimulant et entraînant ». A tel point que le jeune homme envisage même de rejoindre Sciences Polémiques et de prendre des cours de théâtre au deuxième semestre !

Accompagnés d’enseignants, les nouveaux étudiants sont aussi partis à la découverte de différents lieux parisiens pour réaliser leurs exposés. Il s’agit d’un bon moyen pour faire connaissance et se repérer dans la ville (surtout quand l’on vient de province).

La découverte de la vie sur le campus parisien

L’afterwork de La Péniche, à n’en pas douter le point d’orgue de la semaine. Crédits : Viktor Cohen

Mardi soir, après une sensibilisation au harcèlement sexuel, plusieurs syndicats et associations se sont présentés. L’Association Sportive (AS) a d’ailleurs fait sensation en proposant un clapping aux étudiants. Toute la semaine, la nouvelle promotion a également pu rencontrer d’autres associations présentes en Péniche, ou à l’occasion des nombreux afterworks qui se poursuivent cette semaine.

Dikel a été séduite par plusieurs d’entre elles : « Je me suis déjà inscrite à Melting Potes. Il y a aussi beaucoup d’associations auxquelles je m’identifie, comme Sciences Po pour les Nations Unies, Rhinocéros et le BDA ».

A l’issue d’une semaine bien chargée, la promotion 2023 semble conquise. L’atmosphère, que Dikel décrit comme « chaleureuse », a en effet ravi les nouveaux sciencepistes. « J’ai parlé à beaucoup de personnes et je vois qu’ils sont ouverts, ils ont envie de parler, de discuter, d’échanger. C’est vraiment différent du lycée », déclare la jeune étudiante, le sourire aux lèvres. Tous sont également impatients de découvrir leurs cours et leur triplette. Il ne nous reste qu’à leur souhaiter à nouveau la bienvenue ainsi que de belles années à Sciences Po !

Lucie Dupressoir