Les amphis de Sciences Po : sa place, ou ça casse

il y a 12 mois par dans 27ème degré, Le Mag' Tags : , , , , ,

Petit tour des amphis où il fait bon vivre (ou pas)

Ils sont incontournables. On y suit des cours, on y passe des heures sur Facebook, on y fait ses devoirs, on y chope de la zouz’ (oui, c’est possible), parfois on y mange, parfois on y dort : les amphis rythment notre vie.

Du seigneur Emile Boutmy au lointain Jean Moulin, des fauteuils de cinéma aux bancs de bois, ils étaient injustement relégués hors de nos pages. Justice leur est aujourd’hui faite : après ce petit topo des amphis de Sciences Po, vous ne prendrez plus jamais vos cours de la même façon.

Sa majesté Boutmy

Peut-on kiffer le cours en Boutmy ? Les cours en Boutmy, c’est généralement du lourd. Les matières fondamentales y trouvent leur place, les principaux crédits se jouent ici, dans cet amphi. Idem pour les conférences : Laurent Fabius, Ignacio Lula da Silva ou encore Mario Monti sont tous passés par là (les jours où, précisément, tu n’avais pas ta carte étudiant). S’il faut s’y prendre longtemps à l’avance et parfois se battre pour les places, la perspective d’écouter les cours d’un futur ministre de l’Economie en émoustille beaucoup. Même si tous ne sont pas fous, il faut le reconnaître : avoir cours en Boutmy, c’est quand même la base.

Note : 8/10

1004549_10202327360011233_321364734_nPeut-on dormir en Boutmy ? Jean-François Chanet saurait sans doute expliquer pourquoi, historiquement, les bancs de Boutmy n’ont pas changé de configuration depuis leur création en 1871. Sans doute un hommage au directeur qui lui donna son nom, qui sait ? Les bancs en bois de Boutmy se feront un plaisir d’offrir à ton dos lumbagos, rhumatismes, scolioses et autres sciatiques. Tes jambes sont épargnées ? Pas de souci : les tables de Boutmy se chargent de t’empêcher de les croiser pendant deux heures. Enfin, si tu as le bonheur de ne pas avoir trouvé de place en bas, le balcon de l’amphi t’accueillera et là, tu es champion : même pas de table sur laquelle poser l’un de tes malheureux coudes. L’amphi Boutmy est peut être le plus prestigieux de tous, mais clairement, pour dormir, va ailleurs .

Note : 2/10

Peut-on manger en Boutmy ? Si le confort n’est pas au rendez-vous, on ne peut en dire autant de la nourriture. La proximité de la cafétéria du 27 permet, après avoir veillé à réserver une place, d’amener dans l’amphi’ canette, café, paninis, voir même Pasta Box pour les plus gourmands afin de maximiser le profit des cours de microéconomie. Pour éviter les remarques acerbes de tes enseignants et les regards noirs de tes camarades, quelques précautions s’imposent : pour l’avoir testé, nous te conseillons les rangs du fond, et une bande de potes qui tolèrent le bruit de tes mastications

Note : 6/10

Peut-on choper en Boutmy ? L’histoire raconte qu’un certain Jacques y aurait serré une dénommée Bernadette en des temps lointains. De nos jours, il est encore possible de draguer en Boutmy. Certains le font publiquement : le clin d’œil langoureux d’un jeune tribun aux finales des Triplétades d’Art Oratoire à destination de notre (sexy, il faut l’avouer) directrice de la Scolarité n’est pas passé inaperçu. A défaut de Françoise Mélonio,  la page « Spotted Sciences Po Paris » te permet d’envoyer en plein cours un message à l’élu(e) de ton cœur. Si les bancs en bois ne favorisent pas les rapprochements, les tables planquées au balcon, tout au fond, sont propices aux roucoulades. La présence proche du jardin te permettra d’achever de conquérir le cœur de ton/ta promis(e) après le cours lors d’une balade bucolique.

Note : 5,5/10

Chapsal c’est d’la balle

Peut-on kiffer le cours en Chapsal ? Concrètement, Chapsal n’est qu’un gros wannabe Boutmy. Il paraît qu’on y donne des cours : en attendant de vérifier ce mythe, on peut confirmer que l’amphi est un bonus qui permet de suivre la retransmission du cours subjacent Le bruit y est en outre deux fois plus élevé, vu l’absence de prof. Quand aux conférences qui s’y donnent réellement, elles sont nettement moins prestigieuses.

Note : 4/10

Peut-on manger en Chapsal ? Il est certes facile de se nourrir en Chapsal : qui dit absence du prof dit absence du risque de se faire prendre la main dans le sachet de chips. Cependant, l’étage qui éloigne l’amphi’ de la cafétéria limite du même coup la possibilité de se sustenter. Pour manger en Chapsal, une seule solution : piquer la nourriture des copains.

Note : 3/10

Peut-on dormir en Chapsal ? Contrairement à son souverain, l’amphi Jacques Chapsal possède des chaises relativement confortables et même, comble du luxe, de la place pour croiser ses jambes. Néanmoins, lorsque l’amphi est plein, la possibilité de se retrouver assis carrément par terre, sur les marches, n’est pas à exclure. En outre, l’espace infinitésimal entre les dossiers des sièges et les tables juste derrière empêche tout passage (hormis une extrême minceur ou une incroyable souplesse de votre part). Le bruit permanent est également un ennemi de toute sieste.

Note : 5/10

Peut-on choper en Chapsal ? L’amphi possède quelques attraits pour draguer votre élu(e) : on ne reviendra pas, encore une fois, sur l’absence de prof, mais sur la vue inoubliable.  Le brouhaha ambiant permet de discuter avec votre âme sœur sans trop vous faire repérer. Cependant, s’éloigner pour l’emballer sur le balcon reste assez complexe si vous n’avez pas eu l’intelligence de choisir une place en bout de rangée. Pour choper en Chapsal, une seule solution : attendre la fin du cours…

Note : 4/10

ALBAS, du haut de ma détresse

(On parle bien sûr, ici, de l’amphi Albert-Sorel-Anatole Leroy-Beaulieu)

Peut-on kiffer le cours en ALBAS ? Quels cours ont lieu dans cet amphi du bout du monde ? Mais si, vous les connaissez, ces cours que vous ne vouliez pas, mais que les IP vous ont contraint et forcé de choisir. Oui c’est ce cours électif, le lundi matin à 8h, sur le droit des sociétés tribales… On me souffle qu’on peut malgré tout avoir des cours sympas dans cet amphi. Est-ce une légende urbaine ?

Note : 6/10 (car on ne sait jamais)

Peut-on dormir en ALBAS ? Après avoir péniblement grimpé les 8 paliers successifs, suant et soufflant, parce qu’un appariteur zélé vous a repéré tentant de prendre l’ascenseur vous n’avez plus qu’une envie, c’est de piquer un somme. Néanmoins, quand l’amphi est séparé en deux parties, la proximité du prof rend la tâche compliquée.

Note : 3/10 (tout dépend de l’ouverture de l’amphi)

Peut-on manger en ALBAS ? Pour vous, la cafeteria du 27 se situe désormais dans une autre galaxie. Vous mangerez plus tard. A moins de vous faire livrer. Ou, pour les plus Fils d’Arcueil d’entre vous, de capturer un des pigeons qui se baladent sur le balcon : bon appétit.

Note : 4/10

Peut-on choper en ALBAS ? Si tous les points précédents ont tôt fait de décrédibiliser l’amphi mal-aimé du 27, rassurez-vous ! Il est un point sur lequel ALBAS est imbattable : la chope. Une vue magnifique sur les toits de Paris vous plongera dans une ambiance romantique,  et la possibilité d’accéder au balcon constitue une jolie promesse d’échange de salive, et plus si affinités.

Note : 8/10

Pour les amphis classiques, Boutmy demeure le roi. Qu’en est-il de nos autres salles obscures, diffusées dans le 7è ? Pour le savoir, rendez-vous au prochain épisode…


Similaire à

10 définitions pour survivre à Sciences Po

Puisque c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleurs soupes, La Péniche vous propose cette année la crème de la crème de son petit Richard de la langue française qui a fait le bonheur de plusieurs générations de première année de sciencepistes. Voici donc les dix définitions indispensables que vous devez maîtriser pour […]

Pauline Duchatelet

En 2A, aime les pandas, les articles rigolos, les animaux mignons, les bouclettes, les pandas, faire de l'escalade, manger, et surtout, les pandas.

  • Published: 4 articles

6 Réponses à “Les amphis de Sciences Po : sa place, ou ça casse”


pauline
22 octobre 2013 Répondre

Appréciation :

gros piratage désolés !

Liz
22 octobre 2013 Répondre

Appréciation :

Les mecs, tout le monde sait que les sièges de Boutmy sont classés au patrimoine et que c’est pour ça qu’on ne les a jamais changés.
Fact-chekinnnnng

Henri Martin
23 octobre 2013 Répondre

Appréciation :

Non, ce sont bel et bien des copies datant des années 60. Les 4 originaux restants sont… en face du bureau de J.Palomo rue des saints-pères.

Marie
22 octobre 2013 Répondre

Appréciation :

il fait honte ce post ;on dirait un article d’une école de commerce ou pire d’un iep de province.
fautes d’orthographe (on écrit choper, pas « chopper ») réflexions stupides, vulgarité.
en gros on pense à dormir manger et choper
comme ça on ne qualifiera plus l’homme d’animal-humain.

JL
26 octobre 2013 Répondre

Appréciation :

« ou pire d’un iep de province » ; c’est ton post qui me fait honte, pauvre parisienne. A lire des choses pareilles, je suis d’autant plus fier d’étudier dans un iep « de province » et de ne pas appartenir à Sciences Po Paris, temple de la condescendance primaire et assumée. Pathétique…

Pauline Duchatelet Pauline Duchatelet
23 octobre 2013 Répondre

Appréciation :

Okkk déjà : quel est le problème avec les articles des IEP de province ? Pour rappel, le rédacteur en chef de la section politique du Monde vient de l’IEP de Grenoble. Pas besoin d’en rajouter dans la condescendance.
Ensuite : merci pour ta remarque orthographique, je vais corriger de ce pas.
Enfin : c’est un article à but HU-MO-RIS-TIQUE, évidemment qu’on ne pense pas qu’à dormir, manger et choper, d’où la partie sur la qualité du cours.
Cordialement :)

Laisser un commentaire