A la une

Devenir maître de conférences à Sciences Po ( 2/2 )

« Les suites, c’est toujours moins bien que l’original » vous dira Jean-cinéma. Pourtant, La Péniche vous assure que la seconde partie de l’article « Comment devient-on maître de conférences à Sciences Po ? » sera au moins aussi intéressante que le premier ! Cette fois-ci, nous nous plaçons du point de vue des patrons ( c’est à la mode en ce moment ) et nous partons interroger Bénédicte Durand, doyenne du Collège Universitaire, sur le mode de recrutement des enseignants au sein de feu l’Ecole Libre des Sciences Politiques.

Bénédicte Durand, doyenne du Collège Universitaire de Sciences Po

Près de quatre mille vacataires recrutés

Sciences Po est une machine complexe ; il n’y a pas qu’un seul type d’enseignant. Tout d’abord il y a la faculté permanente : « un corps de 200 professeurs en charge de l’enseignement et de la recherche, c’est le cœur de l’armée d’enseignants de Sciences Po ». Mais ces 200 (avec 100 de plus on pourrait se croire aux Thermopyles au cœur de Saint Germain des Près.) ne suffisent pas et Sciences Po fait en plus appel à 4000 vacataires. Ces vacataires sont de deux types : « académiques c’est-à-dire qu’ils travaillent parallèlement avec d’autres universités ou professionnels : des avocats, des chefs d’entreprises, des juristes qui peuvent apporter beaucoup aux étudiants avec leur expérience ». Ce double système original de théorie et de pratique doit pouvoir apporter à l’étudiant une formation complète.

Mais alors comment ces professionnels et ces enseignants finissent ils dans nos classes ? Selon Bénédicte Durand, le processus se déroule généralement de la manière qui suit : « Ce sont les candidatures spontanées, on en reçoit tous les mois, la personne nous envoie son CV et présente ses motivations. Ensuite, je la rencontre pour discuter de son projet, sa manière d’enseigner ect … Enfin, il y a un débat au sein du département concerné et avec les autres enseignants de la matière pour valider le contrat ». Évidemment, ces candidatures ne sortent pas de nulle part : « souvent la personne est un ancien élève ou connait quelqu’un qui travaille déjà dans l’établissement ».

Excellence, engagement associatif, ouverture d’esprit

L’École Doctorale représente également un large vivier d’enseignants prêts à dispenser leur savoir. Un grand nombre de doctorants de l’école donnent ainsi des cours en parallèle de la préparation de leur thèse. L’enseignement supérieur étant l’un des principaux débouchés de leur cursus, ces cours sont une occasion de s’y préparer. Ici encore, la théorie s’allie avec la pratique. Cependant, quelles qualités favorisent un CV plutôt qu’un autre ? Selon la doyenne, trois d’entre elles sont primordiales : « l’excellence dans le parcours, qu’il soit académique ou professionnel. Ensuite, l’engagement, il y a une vie associative riche dans notre école, nos enseignants doivent donc suivre ! Enfin, l’ouverture d’esprit, les élèves de Sciences Po viennent de tous les horizons ce qui entraine une grande diversité et il faut s’avoir s’y adapter ». A ceux qui lisent cet article et qui veulent devenir prof à Sciences Po, ne nous remerciez pas pour les idées de qualités à insérer dans votre CV !

La Péniche s’est aussi intéressée au nombre de recrutement mais aussi au cas de fin de contrat d’un enseignant. Selon Bénédicte Durand : « Les contrats sont semestriels et je dirais qu’il y a un turn-over de 10% à chaque fois mais nous avons la chance d’avoir un corps enseignant fidèle avec des enseignants qui le plus souvent restent plusieurs années au sein de Sciences Po ». En ce qui concerne le départ d’un maitre de conférences, la réponse est simple : « Le plus souvent, c’est une personne qui veut partir car elle à d’autres projets ou plus le temps. Mais il peut arriver que ça se passe mal et dans ce cas on ne prolonge pas le contrat. » Et c’est là qu’entrent en jeu les traditionnelles évaluations des enseignants. Si un maître de conférences fait l’objet d’un nombre élevé de commentaires négatifs – les enseignants étant susceptibles de l’évaluer au même titre que les élèves – cela peut donner lieu à l’arrêt de son contrat.

Après avoir lu ces deux articles, nous espérons que vous y verrez plus clair sur la procédure de recrutement des professeurs à Sciences Po. Certains d’entre vous y trouveront peut-être l’inspiration. Je tiens à remercier personnellement les deux professeurs qui ont répondu à mes questions dans le premier article, ainsi que Madame Durand pour avoir accepté de nous donner un peu de son temps afin d’éclairer notre lanterne.