Vie du campus

Paris s’en va labourer la Provence

“Sport : Argument administratif pour l’organisation du Crit. On chuchote que c’était auparavant la motivation principale des criteux.”, peut-on lire sur http://www.le27.net/2012/03/26/lexique-du-crit/. A trois jours de l’Apéricrit 2012 à Aix, Batuka, les Pom Pom et les Fils d’Arcueil semblent mieux préparés que les rugueux masculins ou les footeux, qui restent sur plusieurs défaites consécutives. Mais ne vous y trompez pas, le CRIT ça reste bien du sport.

404311_173935832718086_100003050111855_240683_474608157_n.jpg

9-10 heures de cars, la descente en province, la hantise de l’accueil réservé… le CRIT arrive à grands pas ! Il y a eu les préinscriptions, les inscriptions, les listes sportives et leurs déçus, bref, tout Sciences Po, le moindre 1A, le moindre provincial, en a entendu parler. Les statuts Facebook de Batuka déferlent, les photos de profil de Pom Pom n’ont jamais été autant visitées, chacun chausse ses crampons… C’est au tour d’Aix d’accueillir cette année un CRIT aux allures estivales, un an après un Monar’CRIT qui avait couronné Paris. Si le « tu CRIT ou tu pointes » fait un peu moins rêver que l’événement de l’année dernière qui avait accueilli plus de 3000 étudiants, les enjeux sportifs, les paris sur les Pom Pom’ à choper, ou la hantise de la cuillère en bois vont bon train, et restent d’actualité, comme chaque année. De nouveau, les 1A en trépignent d’avance, les 2A veulent remettre ça, les Masters rêvent de leur gloire perdue après une année de parenthèse… le CRIT, même s’il faut descendre en province, même si l’on sera en minorité, même si les équipes ne sont pas si prêtes que ça, excite toujours autant.

De ce vendredi 30 mars au dimanche 1er avril, chacun des 8 IEP et Sciences Po Paris vont donc remettre leur titre en jeu, qu’il s’agisse de la cuillère en bois et du fair-play rennais, de la fanfare strasbourgeoise, de l’ambiance lilloise, ou encore de la suprématie parisienne. La Batuka veut reprendre son titre acquis à Strasbourg il y a deux ans, le hand, le volley et le rugby parisiens veulent conserver leur couronne de l’année dernière, tandis que le foot tentera de redorer son blason après une finale perdue face à Lyon. Au programme donc : foot, rugby, volley, handball, tennis, athlétisme, pétanque, cross…

317651_150046258428574_100002696016341_160612_2140494788_n.jpgPourtant, sportivement, Paris ne semble pas faire très peur aux provinciaux cette année : l’interview des différents capitaines nous fait bien rigoler, le foot et le rugby masculin restent sur plusieurs défaites consécutives… Les chauvins diront qu’après tout, le CRIT 2012 n’est qu’un « CRIT de transition », comme le précise le communiqué des 9 IEP publié en décembre 2011. Suite aux incidents à Lyon en 2009 et à Strasbourg en 2010, le CRIT semblait menacé, et de nombreuses décisions ont été prises: après le refus lillois d’organiser l’édition 2012, Aix-en-Provence a donné son feu vert au printemps dernier pour organiser la plus grande joute science piste que les Instituts connaissent depuis 1986. Cependant, conséquence des mesures adoptées, l’Apéricrit accueillera, comme Bordeaux l’année prochaine ou Rennes dans deux ans, des étudiants en effectif réduit – 2500 au maximum – avec 210 étudiants pour chaque délégation et 250 pour Paris, ainsi que 400 hôtes aixois. Certaines épreuves, comme le ping-pong, le badminton et la natation, ont été supprimées, le prix Pom Pom devient un prix honorifique, et le concours d’air guitare a été renvoyé au placard…

Heureusement, il reste le sport, tout de même, et les soirées. Batuka et les Ultras pourront profiter d’un CRIT plus réduit, et ainsi supporter le maximum de rencontres. Les Pom Pom assureront le relais les soirées venues, et les capitaines assureront les réveils des sportifs. Cette année encore donc, Paris semble prêt pour labourer du provincial. Aux rennais déjà derniers, aux bordelais pointilleux, aux lyonnais inutiles, aux lillois qui ne pourront pas mettre l’ambiance cette année, aux toulousains inaperçus, aux grenoblois si bien préparés, aux strasbourgeois qui arriveront remplis de bières dès le vendredi matin, aux aixois survoltés… une nouvelle fois préparez-vous, Paris arrive.

Et pour ceux qui n’ont pas eu leur place, il vous reste la possibilité de suivre le CRIT sur lapeniche.net, bien sur, mais surtout sur le site de l’AS: de l’interview vidéo des chefs pompom aux résultats sportifs, le 27 (http://www.le27.net/) est aux premières loges!

Categories: Vie du campus

Tagged as: , , , ,

  • AP

    Ah bah c’est bien on est passé du « furious » sarcastique à « survolté », comme quoi…