A la une

La vérité sur la rentrée en 1A

10h15 : les portes de l’Amphithéâtre Boutmy s’ouvrent, laissant une horde d’élèves s’engouffrer. L’objectif ? S’assurer une place décente pour le cours – pas trop éloignée pour pouvoir entendre les murmures du professeur Delalande, pas trop près pour pouvoir dissimuler tout assoupissement.

10h20 : un 1A malchanceux arrive haletant devant la salle déjà pleine. Il se dirige à contre-cœur à l’étage, en Chapsal.

La description ne t’est que trop familière ? C’est donc que tu as toi aussi passé pour la première fois  les portes du 27 rue Saint Guillaume. C’était il y a presque un mois.

 

Prendre ses marques

De Bretagne, d’Alsace, du Nord, de Paris ou bien de Montcuq (dans le Lot, bien sûr), tu fais partie des 681 sciences pistes qui découvrent Sciences Po cette année.

De l’Institution tu croyais tout connaître : de la date de création de l’Ecole Libre des Sciences Politiques au nombre d’associations présentes sur le campus. Avoir vaincu l’épreuve de l’oral semblait t’avoir donné assez d’assurance pour les cinq ans à venir. Après tout, t’avaient dit des anciens, « le plus dur, à Sciences Po, c’est d’y entrer. »

Tu as vite découvert les malheurs (et les joies) du 27 rue Saint-Guillaume (qui est aussi, mais ça tu ne le savais pas, le 56 rue des Saint-Pères, et le 28, et le 13 rue de l’Université, où tu dois te précipiter sans pouvoir aller aux toilettes entre deux cours).

Il y eu d’abord le rite initiatique des inscriptions pédagogiques. Tu en avais entendu beaucoup de mal, mais, te disais-tu, ça ne pouvait pas être si terrible que ça.

C’était sans compter les élèves déterminés qui à 13h29 avaient déjà leurs cinq emplois du temps possibles devant les yeux – avec nom du professeur et heure de chaque cours dans la marge. C’est ainsi que tu t’es retrouvé membre de la triplette X, sans cours de langue ni horaire disponible pour toute activité extra-scolaire, si ce n’est le cours de tricot du BDA – et en terminant à 21h15 le vendredi soir (nb – ceci ne doit en aucun cas être interprété comme de l’amertume de la part de la rédactrice de cet article).

Déçu, tu espérais aller te réconforter à la cafet, où tu as découvert l’audacieuse formule sandiwich et pain au chocolat. C’était sans compter l’heure de queue quotidienne à laquelle il faut faire face pour espérer dénicher le dernier jambon/beurre.

Partant pour un FIFA au BDE, il ne reste en fait de place que sur l’une des marches du jardin de Sciences Po.

 

Un plongeon dans le bain étudiant

Déjà en retard, tu pars en direction de l’amphi d’Humanités Littéraires, déterminé à comprendre cette fois-ci au moins l’un des concepts rocambolesques de M. Gros. Tu te rabats finalement sur les débats/concours photos/commentaires pourris qui animent sans relâche la page Facebook de la promo.

Après avoir enchaîné avec ta première conférence où tu as finis par écoper des deux pires exposés à faire pour la semaine suivante, tu te diriges gaiement vers le Basile, où tu pourras enfin siroter ta bière en Happy Hour. Mais le café est encore plus bondé que la leçon inaugurale de Robert Badinter. 

Un dessin d’Albane Miressou-Got

Heureusement, tu t’es fait embarquer par un afterwork de La Péniche, qui te convaint de rejoindre l’équipage – c’est donc la 5ème association que tu rejoins après Sciences Polémiques, AIESEC,  Haut-Parleurs et Rhinocéros. Bon, après tout, c’est ce que tu comptais plus ou moins faire… 

Et aussi participer aux soirées. Tu réponds donc présent chaque jeudi soir. C’est d’ailleurs toi, qui, légèrement alcoolisé, dansais en solo sur la piste du Zig-Zag. Et puis es reparti avec deux inconnues au bras.

Mais ce qui t’occupe le plus récemment, c’est promouvoir ta triplette que tu as ardemment motivé pour remporter les Triplétades. La page Promotion 2020 Sciences Po Paris est devenue ton nouveau Facebook personnel.

C’est nettement plus sympa que de nettoyer la vaisselle et le linge qui s’accumulent dans ton nouveau 7,5 m2 à Paris. Alors, si tu as vécu toutes ces expériences, plus ou moins joyeuses, c’est que tu es officiellement un nouveau sciencespiste. Bienvenue dans la famille !