A la une

Retour sur la Semaine des Outre-Mer par Sciences Ô

Durant la mi-février, l’enneigement et le refroidissement de notre bien aimé Institut d’Études Politiques auront sans nul doute marqué les esprits. Soudain, tout un chacun fut plongé dans une torpeur accablante. Mais c’était sans compter sur Sciences Ô, l’association des étudiants ultramarins de Sciences Po, et sa semaine thématique attendue chaque année par les étudiants de l’école et par une communauté d’externes qui répondent tous bien volontiers présent au rendez-vous annuel ! Projections de films, conférences mais aussi massages à gagner et danse tahitienne… Retour sur un agenda aussi bien chargé qu’éclectique !

Une sixième édition des plus originales

La semaine des Outre-mers, qui se déroula du 12 au 16 février, était placée cette année sous le signe de l’ubiquité ! L’association avait notamment pris ses quartiers au 13, rue de l’Université. Y était organisées des expositions artisanales présentées par l’association UDJAMA et l’association Nous Vous iles mais aussi des expositions photographiques, à l’image de celle de Stéphane Dugast. Le photographe était venu présenter des clichés représentant les TAAF ( Terres Australes et Antarctiques Françaises ). On pouvait y admirer l’Antarctique et Clipperton. Mais ce n’était pas du tout : durant la semaine, des projections et conférences se sont déroulées aux quatre coins de l’école !

« Si les Outre-Mer ont leurs individualités, ils ont tout autant de choses à offrir et de potentiel à exploiter. » Ramachandra Ovide Siou, vice-président de l’association Sciences Ô

En définitive, il s’agit d’une édition se voulant davantage qu’une simple manifestation de vie associative, selon les termes de son Vice-Président, Ramachandra Ovide Siou, étudiant de l’université de Paris-Dauphine. « Au-delà de la participation à la vie associative bouillonnante de l’établissement, elle se veut force de réflexion sur des sujets qui devraient intéresser tous les futurs décideurs à Sciences Po spécifiquement mais aussi au-delà, car si les Outre-Mer ont leurs individualités, ils ont tout autant de choses à offrir et de potentiel à exploiter » a déclaré le responsable associatif à La Péniche.

Aimé Césaire, arthuriums et Saint-Valentin

Cette année, la Saint-Valentin s’est retrouvée pour la première fois sur la route de l’association, qui n’a pas hésiter à faire profiter les étudiants de Sciences Po d’une touche d’Outre-mer ! Vous avez probablement croisé ces fleurs majestueuses au détour d’un amphi ou en péniche ; il s’agissait des fameuses Arthuriums vendues par Sciences Ô ! Plus résistantes que les roses, mais aussi plus imposantes, les arthuriums sont des dames extrêmement rares que vous avez peut-être pu offrir à vos dulcinées à la faveur d’un coup de chance. En effet, cette jolie fleur ne pousse habituellement que dans les Tropiques.

Enfin, en ce fameux 14 février, vous aviez aussi la possibilité d’aller gratuitement voir une projection de « Soul rebels : l’histoire inédite du Ragga Dancehall » de Stéphane Delphin ou encore de « Aimé Césaire : une voix pour l’histoire » d’Euzhan Palcy. Deux projections qui ont été suivies de débats sur les principaux sujets abordés par les scenarii (un scénario, des scenarii- après chacun son français). Si vous avez manqués les projections, pas de panique : il est possible de retrouver lesdits films sur Internet !

C’est donc avec regret que nous avons vu venir la fin de la semaine, une peine vite consolée par les petits fours du cocktail de clôture, amuse-bouche engloutis en prêtant une oreille attentive au député de la Polynésie, parrain de cette édition: Moetaï Brotherson !