A la une

ELECTIONS SYNDICALES – Les résultats

Jeudi, 17:00. Le dépouillement du scrutin ressemble à l’émission Des chiffres et des lettres. Sous les poutres de Goguel Bis, l’oeil anxieux des têtes de liste de l’UNEF, de l’UNI et de The Alliance attend que les différents membres de l’administration dévoilent chacun une partie du code qui permet d’accéder aux résultats des élections syndicales de 2016. Consonnes, voyelles, majuscules, minuscules, il faut une dizaine de minutes pour que la clé soit intégralement reconstituée. Loin de faire défaut, la sécurité du vote électronique a largement contribué à la réussite de l’opération, une première à Sciences Po. Seulement 35 ou 36 « événements » ont ainsi été signalés. En grande majorité, ce sont des étudiants ayant simplement perdu leurs identifiants de connexion. En trois minutes, un algorithme affiche la synthèse de milliers de votes.

 

Une participation en très forte hausse 

3951 étudiants ont voté pour le Conseil de l’Institut, 4038 pour le Conseil de la Vie Etudiante et de la Formation. Près de 180 votes blancs ont été exprimés dans chaque cortège, soit environ 4% des suffrages.

Pour ces deux institutions, la participation des étudiants est supérieure à 29%. C’est 10 points de plus que lors du dernier scrutin, en février 2015. En d’autres termes, près de 1000 étudiants supplémentaires se sont mobilisés. L’UNEF et l’UNI se félicitent respectivement de 500 et de 200 votants de plus que l’année dernière.

 

L’UNEF perd sa majorité.

Jusqu’à présent, six sièges dans chacun des deux Conseils appartenaient à l’UNEF, deux à l’UNI.

Si plus de 50% des étudiants ont voté pour l’UNEF cette année, le syndicat ne remporte que quatre des huit sièges de chaque collège« Cette année, le mode de calcul a tout bouleversé », explique Josselin Marc, président de l’UNEF Sciences Po. « Jusqu’à présent, les sièges étaient attribués selon la règle de la plus forte moyenne. Depuis cette année, c’est le plus fort reste qui prime. Ce changement favorise les petites listes. L’UNEF démarrait les élections avec un siège de moins. », poursuit-il.

Toutefois, il est à noter que depuis la réforme des statuts de Sciences Po, deux étudiants siègent désormais au Conseil d’administration de la FNSP. Ces deux sièges reviennent à l’UNEF.

 

L’UNI se maintient. Solidaires et The Alliance font leur entrée.   

« Nous sommes très contents du résultat et d’avoir réussi à maintenir deux élus dans chaque Conseil. Je remercie l’ensemble des militants ! », s’exclame Carla Sasiela, tête de liste UNI-MET, qui a regroupé un peu moins d’un quart des voix pour chacun des deux Conseils.

De leur côté, les listes de Solidaires et de The Alliance obtiennent chacun un siège sur les huit à pouvoir, au niveau du Conseil de l’Institut comme du Conseil de la Vie Etudiante et de la Formation.

« The Alliance a fait une belle performance. Mais, au regard du système électoral, ce n’est pas étonnant. Idem pour Solidaires. », souligne Claire Hassnier, de l’UNI-MET Sciences Po. A la simple différence qu’avec près de 15% de suffrages exprimés dans chacune des deux institutions, The Alliance remporte son siège en plein, tandis que Solidaires l’obtient…en reste !