billet d humeur

Les mystères de Sciences Poudlard

Sciences Poudlard
Motivé par la pression de ma famille, où la tradition sorcière se transmet de génération en génération, mon choix d’études s’est naturellement porté sur cette grande institution de sorciers, dont la seule mention fait frissonner d’envie tous les Terminales de France – ou presque. Ce fatidique matin de juillet 2010, j’ai frénétiquement actualisé la page des résultats, qui remplace depuis peu la lettre, calligraphiée à l’encre verte, frappée du sceau portant la devise séculaire « En savoir peu sur beaucoup ». Pas d’aigle ni de serpent, mais bien un fier lion sur le blason de la rue Saint-Guillaume. Ce fut le premier indice que je décelai : l’emblème de Gryffondor ne pouvait pas être là par hasard. Il s’agissait bel et bien d’une école étrangement spéciale, et tout, jusqu’à son nom, murmurait l’évidence : Sciences Poudlard.

SciencesPo et sa foule d’archétypes

Claude Levi Strauss
Cet article a bien entendu un objectif de vérité complète et absolue : l’auteur a effectué un travail scientifique de recherche très minutieux dans une optique universelle. Ainsi, les conclusions auxquelles nous arriverons seront entièrement vérifiables, anti caricaturales et d’un sérieux à toute épreuve. De cette manière l’auteur prévient toute tentative de mise en doute de sa démarche scientifique, de sa prose, ou même de son jugement sur la société, le monde ou l’univers.

Walk this way

27
Oubliés, vos premiers jours à Sciences Po ? Diantre non ! Ces moments magiques, fabuleux, (regrettables ?), sont gravés dans la mémoire d’une majorité d’entre vous… Et pour toutes les exceptions, laissez-moi vous resituer le contexte.

L’amour, la 3A, et cetera

Tweet « Si tu t’en vas Si tu t’en vas un jour, Tu m’oublieras. Les paroles d’amour ne voyagent pas » Léo Ferré Pour tous les étudiants de Sciences Po, la troisième année à l’étranger c’est d’abord, comme la plupart a pu l’écrire dans sa lettre de motivation, « l’occasion […]