Paris

T’as le Look, Coco !

Mes chers Sciences-pistes,

Peu importent votre nationalité, votre genre, votre orientation politique, religieuse ou sexuelle, peu importe votre année c’est à vous tous qui êtes localisés sur le campus de Paris que je veux m’adresser.

C’est bien d’avoir fait les beaux à Arcueil ou d’avoir maquillé vos bulletins de notes, c’est bien d’être entré dans notre noble Institution parisienne mais par pitié avant de partir en troisième année, de vous rapatrier vers votre terre d’origine (que vous n’auriez jamais dû quitter ?) ou de vous en retourner vers votre belle mais isolée province (que vous avez bien fait de quitter!), promettez-moi que vous irez faire un tour chez Colette! Jurez le moi! J’attends… C’est bon? Ok continuez à lire…

Paris, déraille-t-il ?

Le vélo ? Et à Paris en plus ? Euh… j’aime bien l’idée, mais honnêtement jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours laissé ça aux petites vieilles qui vont chercher le pain et aux bobos buveurs de jus d’épinards. En plus, le risque de finir incrustée dans le bitume comme un pigeon anonyme moi, ça m’a toujours freinée : les gens ne se rendent pas compte qu’il y a un vrai risque. Alors je prends le métro, et en plus de sauver ma peau, je sauve mon brushing. Et comme je suis mauvaise, quand je suis en voiture, les citoyens cyclistes, je les klaxonne, parce que ça me met de bonne humeur de les voir s’affoler.
Bref, le vélo pour moi, c’est non, non et non, c’est tout. Seulement voilà, maintenant, la France nouvelle est en marche… et le domaine réservé des facteurs et des éco-lovers risque de s’étendre.

Heureusement, pour nous faire à l’idée, on va pouvoir tester un peu de Vélib’, le nouveau bébé de Delanöe, qui débarque en juillet. Je me suis renseignée pour savoir si on risquait de voir les rues se couvrir de cyclistes. Parce que un seul, je peux lâchement me moquer, mais une meute, c’est risqué…