A la une

Comprendre (enfin) les élections syndicales en 4 points

unetotucomprendre

« Il y a dans l’année un jour où le journalier, le manœuvre, l’homme qui porte des fardeaux, l’homme qui gagne son pain à la sueur de son front […]  prend dans sa main durcie et ennoblie par le travail tous les pouvoirs […] , et dit : La puissance, c’est moi ! Il y a dans l’année un jour […] où la plus étroite poitrine se dilate à l’air vaste des affaires publiques. Il y a, dis-je, dans l’année un jour où le plus faible sent en lui la grandeur de la souveraineté nationale, où le plus humble sent en lui l’âme de la patrie ! »

Ce jour dans l’année qu’évoque Victor Hugo est, à Sciences Po Paris, celui des élections syndicales. Mieux, il ne s’agit pas seulement d’un jour, mais de deux jours – les mardi 10 et mercredi 11 février – durant lesquels le peuple estudiantin de Sciences Po, dans tous les campus, par-delà les mers et les continents, se déplacera tout entier vers l’isoloir pour désigner ses représentants. 

1 -Une élection boudée par les étudiants 

Le peuple tout entier ? Pas vraiment, puisque les taux de participation n’ont jamais dépassé 28% depuis 2002, stagnant autour de 22% depuis 2011. Certes, ils sont largement supérieurs à ceux des autres universités (environ 5%), mais en deçà de ce que l’on pourrait attendre d’un Institut d’Etudes Politiques. Cette année, environ 12.000 étudiants, dans tous les campus, sont appelés aux urnes.

.
……………………….

2 – CP, CD, CS, CED : mais au fait, pourquoi vote-t-on ? 

fonctionnementsciencespo

3- Quel est le rapport de forces ?

Dans les conseils, l’UNEF est ultra-majoritaire. Toutefois, l’UNI est parvenue à regagner un siège l’an passé en Commission Paritaire, notamment grâce à la candidature de Solidaires, qui avait fait perdre des voix à l’UNEF. Cette année, le syndicat de droite se fixe comme objectif d’obtenir trois sièges au Conseil de direction et en Commission paritaire. 

……………………….

Trois sièges au Conseil de direction, ce serait un exploit historique. Pour y parvenir, le quotient électoral étant de 12,5% et la répartition des sièges se faisant selon la règle de la plus forte moyenne, la liste de l’UNI menée par Léo Castellote devrait rassembler environ 29% des suffrages exprimés. Depuis 2002, ce n’est jamais arrivé, même lorsque l’UNI était concurrencée par le syndicat « Nouvelle Donne ».

……………………….
 

4 – Qui sont les candidats ? 

Le dépôt des candidatures est clos depuis le lundi 26 janvier, et trois listes se sont déclarées, comme c’est le cas depuis maintenant trois années d’affilée. En revanche, seuls l’UNEF et Solidaires sont candidats au Conseil scientifique. Solidaires ne nous avait pas transmis la composition de ses listes -qui ne doivent pas être obligatoirement rendues publiques- lors du bouclage de l’article, nous vous communiquons donc simplement la composition des listes UNI et UNEF.

canddiatssyndicales2015

 

grandéba