Actualités

Tribune : « Rouvrons les portes de Sciences Po »

La Péniche donne la parole aux syndicats étudiants, aux sections des partis politiques et plus largement aux étudiants souhaitant publier un texte ou une tribune, dans notre rubrique « Tribunes ». La position des auteurs de ces tribunes n’engage pas la rédaction de La Péniche. 

Monsieur le Directeur,

Vous teniez, le 16 novembre dernier, trois jours après les attentats qui ont touché Paris en plein cœur, ces propos de bon sens et de courage : « Passé le temps de l’émotion, viendra celui de l’analyse et de la réflexion. Face à ceux qui manient le fusil d’assaut ou la ceinture explosive, nous n’avons pas le choix des armes. Les nôtres sont pacifiques mais terriblement puissantes. Elles portent le nom de culture, de savoir, de compréhension, d’éducation, de respect, de dialogue ». Vous terminiez votre lettre aux étudiants par ces mots : « Voilà notre réponse : un humanisme combattant, celui de l’université. Et voilà pourquoi, face au néant qui menace, Sciences Po gardera ses portes ouvertes, toujours. »

Force est de constater qu’aujourd’hui, ces mots ne se traduisent pas en actes. Nos cartes d’étudiant-e-s sont contrôlées, nos sacs « observés » à l’entrée de chacun des bâtiments. Si nous comprenons évidemment que des mesures de sécurité, dans un contexte particulier, ont dû s’appliquer dans l’urgence, nous nous interrogeons aujourd’hui sur l’efficacité de ces contrôles – sacs à peine vérifiés, cartes à peine regardées – et sur leur objectif réel. Mais ces quelques désagréments seraient tolérables s’ils n’étaient pas assortis d’une réduction drastique de la liberté associative à Sciences Po.

Sciences Po affiche fièrement sa vie étudiante, vantant les mérites de l’engagement associatif de ses étudiant-e-s. Pourtant, depuis novembre, les associations ont été contraintes d’organiser leurs événements à huis clos, l’administration ayant toutefois accepté de faire un geste, en tolérant tout au plus « 20% d’invités externes », public et intervenants confondus. Prenons une situation concrète : sur une salle de 50 places, 10 personnes peuvent venir de l’extérieur. Avec 5 intervenants extérieurs, ce ne sont donc que 5 personnes externes qui peuvent être accueillies. Peut-on vraiment parler « d’ouverture » ? Certes, les associations étudiantes mobilisent au sein de Sciences Po et leurs activités s’adressent d’abord à la communauté étudiante et enseignante. Mais à quoi bon organiser conférences et débats, sur des sujets qui s’éloignent la plupart du temps, et de manière salutaire (c’est ce qui fait la richesse de la vie associative à Sciences Po) des thèmes traditionnels traités et re-traités, si cela consiste à mener ces débats dans l’entre soi ?

Sciences Po revendique un rôle moteur dans le débat public français et international. L’image renvoyée par ces mesures n’est pourtant pas conforme à cette prétention : partout ailleurs, universités et grandes écoles rouvrent leurs portes. Certains événements organisés avec des partenaires de l’extérieur, institutionnels ou associatifs, n’ont plus de sens s’ils ne sont pas ouverts au public. Cela ternit la réputation de notre école, renforçant au passage l’idée commune selon laquelle Sciences Po serait la fabrique d’une élite déconnectée et inaccessible.

Nous vous demandons donc, Monsieur le Directeur, de tenir vos promesses, de traduire vos paroles en actes : soyons une institution ouverte sur le monde extérieur, accueillons d’autres publics au sein de notre école, sans restriction de nombre. Soyez en assuré : les associations sont prêtes à prendre leurs responsabilités et à respecter les consignes qui permettent la bonne tenue de ces événements. Mais ne laissons pas les terroristes et leurs promoteurs atrophier le débat public à Sciences Po, ouvrons les portes ! Pour que, face à la négation de la pensée, à la réaction sécuritaire destinée à jouer sur les peurs pour feindre de les apaiser, au refus désormais assumé par certains d’une compréhension sociologique des actes de terreur commis à Paris en janvier puis en novembre 2015, pour que face à tout cela triomphent « nos armes », celles qui selon vous portent le nom « de culture, de savoir, de compréhension, d’éducation, de respect, de dialogue ».

Signataires : AIESEC Sciences Po – Amnesty Sciences Po – ASPA Sciences Po – Auriverde – Jeunes Européens SciencesPo – Écolos Sciences Po – La Gazelle – Le Zeugma – Méditation & Action – Namaste Sciences Po India – NOISE, Changemakers Sciences Po – Noise, la ville – Nouvelle Donne Sciences Po – OPIUM Philosophie – Parti Socialiste – PAVéS – Prélude – Rollin’ Dice – Sciences Ô – SPIV – Soundsystems Sciences Po – Think Libéral Sciences Po – UNEF Sciences Po – Unicef Sciences Po – UEC Sciences Po