A la une

Triplétades 2015-2016 : de la sueur, du sang et des larmes…de rire

Après l’épreuve des inscriptions pédagogiques et du passage en péniche sans accepter de tracts, chaque 1A pensait avoir enfin trouvé sa place au sein de l’établissement. C’était sans compter sur les Triplétades, concours inter-triplettes se déroulant tout au long de l’année, qui incitent les nouveaux venus à acérer leurs canines, dérouler moult stratégies et, parfois, enfiler un costume digne de ceux de Frédéric Mion.

 

L’art oratoire, ou comment parler de sexe avec élégance

Par cette allusion à l’élégance chère au cœur de l’établissement, nous désignons ceux pour lesquels la forme vaut autant que le fond, et qui ont ainsi ciré leurs plus belles chaussures pour faire briller leur discours : nos orateurs.

L’épreuve d’arts oratoires fut organisée par Sciences Polémique en trois étapes : une pré-sélection proposée à toutes les triplettes, une demi-finale accessible à huit triplettes dans l’amphithéâtre Chapsal, pour finir sur un quatuor en Boutmy.

© Capucine Personnic pour Sciences Polémiques

Imaginez-vous gravir les marches de l’estrade, sentir perler la sueur dans votre dos où sont braqués les yeux de votre Promotion, pour devoir répondre aux répliques acerbes d’un jury salivant de plaisir à l’idée de vous déstabiliser. Les sujets ? Faut-il suivre le vent de l’histoire ? Le crime finit-il par payer ? Les promesses n’engagent-elles que ceux qui les croient ? L’argent pardonne-t-il tous les défauts ? Alors, imaginez-vous surplombant Boutmy : qu’y auriez-vous répondu ?

Si, à l’instar d’une certaine triplette audacieuse et innovante, vous avez pris le parti de ne rien répondre (mais alors vraiment rien), vous serez certainement la risée de l’excellente reprise. Celle-ci fait certainement partie des meilleurs moments de la soirée, car il est toujours bon de se moquer d’autrui : entre la « lèche » suivie du « retour de lèche » du président de Sciences Polémiques Pierre Chellet et Frédéric Mion (préférant le coloriage de cartes à nos exploits), et le décorticage des phrases incompréhensibles des orateurs, ils ont assuré un véritable show hilarant.

© Capucine Personnic pour Sciences Polémiques

Le champagne ayant récompensé les finalistes (avec en première place la triplette Amonbonfils) n’a ainsi pas pu faire oublier aux perdants les longues minutes de perplexité face aux questions alambiquées, les soirées passées avec un(e) coach surexcité(e), ou bien encore les nombreuses métaphores sexuelles qui n’ont pas payé. Passons outre les sujets aussi fourbes (« sommes-nous toujours les fils de nos pères ? »), qu’amusants (« les plus courtes sont-elles les meilleures ? ») et que poétiques (« les romances d’été sont-elles l’aube des faits d’hiver ? »), pour saluer la pugnacité des orateurs face à des jurys impitoyables, drôlement pervers, mais toujours brillants.

 

L’épreuve de football, ou l’optimisation du sport sous contraintes

Le courage est définitivement une vertu dans notre promotion 2020, que l’Association Sportive a décidé de mettre à l’épreuve en proposant des triplétades de football un dimanche sur le plateau de Saclay, à Polytechnique.

© AS Sciences Po

Il nous parait donc ici essentiel de saluer l’audace de ces valeureux sportifs qui n’ont pas hésité à sortir du périphérique et à braver la grisaille dominicale pour porter les couleurs de leur triplette (parfois seuls, ce qui est d’autant plus admirable). Qui sont ces guerriers, me direz-vous ? Sont-ce les mêmes qui viennent en cours magistral d’IP le vendredi matin après une soirée arrosée ? Ont-ils choisi SciencesPo Paris pour être au plus près de Saint-Germain ? Bref, de quoi sont constitués ces êtres surhumains, si ce n’est de crampons et de dope ?

Cependant, il nous semble essentiel de noter que ce sont les absents qui ont démontré le plus grand esprit footballeur possible en faisant la grève du match: ils ont su copier les plus grands avec zèle, c’est pourquoi nous devons également leur rendre hommage.

Pour revenir à nos (vrais) sportifs, l’équipe des Serpentards a démontré avec brio qu’ils étaient les incontestables vainqueurs, bien que talonnés par l’équipe des Parisiennes – le tout dans la bonne humeur et la sueur collective.

Ainsi, ils ont pu user leurs crampons contre l’équipe de l’AS qui a su prouver sa vitalité via un jeu rusé et plein d’humour. Comme le dirait un de nos compatriotes, la roue tourne a malheureusement tourné lors de ce match pour notre valeureuse triplette.

Pour conclure, tous les participants ont vu leur bravoure récompensée par l’apprentissage de chants indissociables de toute bonne compétition parisienne : entendez par là qu’ils furent initiés au  « crachage » musical sur les provinciaux, talent qu’ils démontreront certainement au CRIT.

Pour l’instant l’heure était au divertissement, comme en témoignaient la partie de Quidditch organisée par Rollin’ dice, ou encore le baby-foot géant.

© AS Sciences Po

Le Bureau des Arts n’est également pas en reste, puisqu’il a appelé chaque triplette à fournir une affiche sur leur grand méchant. Gageons que les résultats apparaîtront sous peu, mettant à l’honneur nos dessinateurs.

Chers 1A, nous vous attendons donc impatiemment pour les prochaines épreuves (cuisine, volley… et partiels), afin que vous démontriez vos talents ! Nous les décortiquerons avec plaisir et, qui sait, peut-être arriverez-vous à rivaliser avec la triplette Orange Mécanique…